Tu comprends enfin ce que tu viens faire là. Oui coco, tu as été arrêté. Tu es méchant et tu es considéré comme un fou par la plupart des « gens du dehors » comme on les appelle ici. Mais ne t’inquiète pas. Méchant ? On l’est tous ici ! Fou ? Hum, je pourrais te dire pareil mais certain tenteront de te persuader qu’ils ont un mental sain… Bienvenue à Alvena mon mignon ! Je suis Monsieur le Directeur et je t’interdis de m’appeler autrement. Je suis le maître dans cette prison, et je me dois de t’informer de certaines choses. Ici ne sont enfermésque des hommes. Les motifs de leur présence sont divers et variés mais pas leur sexe. Même si la plupart des membres du personnel sont des femmes, attends toi à ne prendre la douche qu’avec des réservoirs de testostérone ! Bon je t’avoue qu’on est au XXIeme siècle, la loi sur l’homosexualité est passée,ça devrait t’éclairer sur l’orientation sexuelle de la plupart des détenus…

Partagez|

Prendre ses marques [Trash] [Nathaniel~]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 13
Date d'inscription : 24/08/2016
Age : 29
Localisation : Alvena, à l'infirmerie

Carte d'identité
Groupe: Personnel
N° de Cellule :: /

MessageSujet: Prendre ses marques [Trash] [Nathaniel~] Ven 26 Aoû - 17:05

▲▼ Prendre ses marquesTon premier jour dans cette prison ! Enfin, pas vraiment. En vérité, cela faisait une semaine que tu étais arrivé ici. Les premiers jours, tu n’avais pas travaillé, où plutôt si, mais pas en contact avec les détenus. On t’avait dégagé cette partie de la semaine pour que tu te familiarises avec l’endroit, son fonctionnement, son personnel, mais aussi de ton futur lieu de travail. L’infirmerie.

Tu t’étais afféré ici, regardant les rangements et déplaçant certains outils pour que le tout soit plus fonctionnel selon toi. Tu réunis tous les objets dits « dangereux » dans un tiroir à part. Tu entendais par là les objets tranchants, coupant, perforant. Le directeur avait bien insisté sur ce point. Tout pouvait devenir une arme pour les prisonniers, d’autant plus que la plupart ici savait manier les armes blanches. Cela te faisait-il peur ? Bien entendu. Ce n’est pas commun de côtoyer de telles personnes. Cependant… Si on est gentil avec eux, ils le seront avec nous, non ? Ils ne te prendront pas comme une menace et te laisseraient les aider ?

C’est mignon… Ta bonté t’aveugle sur ce monde… Pourtant, tu sais qu’ils sont des fous, pour certains des meurtriers, mais… Soit tu ne réalises pas, soit tu es arrogante. Tu penses vraiment qu’ils changeront pour toi ? Qu’ils adapteront leur comportement parce que tu te présentes à eux ? Enfin… Espérons que tu as raison et qu’il ne t’arrivera rien et que tu pourras mener à bien ton travail.

En parlant de ça, il faudra que tu rencontres plus longuement tes collègues pour faire leur connaissance, et pour te présenter plus convenablement. Tu ne les avais que croisé brièvement, et comme vous étiez une équipe médicale, tu aimerais bien tisser des liens amicaux avec eux. Cela ne ferait qu’améliorer la réalisation de vos tâches, écriture des rapports, surveillance, administration des médicaments, inventaire,etc…

Bon ! Tout semblait en ordre ! Voilà une bonne chose de faite ! Du coup, petite révision. Les pansements sont dans cette armoire, juste à côté des compresses et des bandages, avec du sparadrap. D’ailleurs, il faudra que tu en recommandes avec divers médicaments. L’alcool à 90° était vers tout ce qui était désinfectant et solution pour nettoyer le matériel, matelas, table d’opération, etc… Tu l’avais dissocié du désinfectant à plaies pour évider les erreurs dans la précipitation ou autre inattention. Disons que la sensation est… D’ailleurs, il faudra que tu en recommandes avec divers médicaments.

Tu passes rapidement derrière un des deux bureaux, celui que tu t’étais attribué un peu arbitrairement, vérifiant que tous étaient en place. Tes stylos étaient disposés logiquement et précisément sur le secrétaire, une pile de dossiers s’élevant à ta gauche. Oui, c’était les dossiers médicaux des détenus. Tu devais en voir plusieurs aujourd’hui pour le contrôle hebdomadaire. Taille, poids, vérification de la cicatrisation des blessures s’ils y en avaient, et une petite discussion qui servira tant à te présenter qu’à contrôler rapidement leur état d’esprit.

Bon ! Tout semble en ordre n’est-ce pas ? Il est temps de commencer à rencontrer les prisonniers et par la même occasion, ton travail. Tu prends le premier dossier, et te rend à l’entrée de l’infirmerie. Tu ouvres la porte et interpelles le premier garde :

- Bonjour Monsieur ! Dites-moi… Pouvez-vous m’amenez le détenu… Nathaniel Kadaj Eliseum s’il vous plaît ? Hum… Il doit occuper la cellule individuelle E#010. C’est pour une visite de routine. Merci beaucoup !

Tu rentres de nouveau dans la pièce, lisant son dossier. Il n’y avait pas toute son histoire, simplement des précautions à observer lorsque l’on est en sa présence. Après tout, il s’agissait d’un tueur en série… Ta lecture finie, tu reposes les papiers sur ton bureau et tu contemplas « Jacky » le squelette, en attendant la venue de cet homme.
© 2981 12289 0


Dernière édition par Elisa Capelle le Sam 27 Aoû - 9:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 79
Date d'inscription : 29/10/2014

Carte d'identité
Groupe: Détenus
N° de Cellule :: E#010

MessageSujet: Re: Prendre ses marques [Trash] [Nathaniel~] Sam 27 Aoû - 7:22


Prendre ses marques

Feat Elisa





Le soleil se levait doucement mais surement dans ma cellule, je soupirai, je n'avais pas envie de me lever. Je mis ma mains devant mon visage pour ne pas agresser mes yeux avec les rayons du soleil. C'était l'heure du petit déjeuner mais je n'irai pas.

J'avais une de ces flemmes... Et puis... Il fallait que je me douche. Je pris des affaires propre et allait sortir de ma cellule lorsque un des gardiens vint m’interpeller pour me dire que j'avais rendez-vous avec l'infirmière...

L'infirmière hein ? Une femme ? J'eus un léger rictus.... Je savais que le nouveau venu avait vingt huit ans mais je ne savais pas que se serait une une femme. Quelle aubaine... Allais-je enfin pouvoir m'amuser ?

Je me dépêchais alors d'aller me lever et de m'habiller, que j'avais hâte ! Je pourrai surement la manipuler à ma guise !  Mettre une femme une femme dans une prison réservée aux hommes uniquement... Quel idiotie... Je savais aussi qu'il y avait la psychiatre qui était une femme mais je ne l'avais jamais croisé. Peut être une autre fois...

Une fois ma douche fini je m'essuyais et mis mon débardeur noir moulant, montrant mes muscles, je voulais lui montrer à qui elle allait avoir affaire. J'aurai bien mis du parfum mais c'était interdit. Enfin, le gel douche qu'on nous proposait était un minimum potable pour que nous n'ayons pas besoin de parfum.

Je marchais donc dans le couloir sans me presser, autant la faire languir avant de lui montrer ma magnificence non ? Mais en même temps j'avais envie de voir cette petite jeune petit bout de femme, enfin... Petit bout plus âgée que moi mais enfin, vous voyez ce que je veux dire non ?

J'arrivais enfin devant sa porte et tapais doucement avant d'entrée sans qu'elle me le permette, j'entrais donc un léger rictus aux lèvres, rien que te la voir de dos me donnais tellement d'envie. Frêle, la taille fine oui... Elle avait l'air magnifique...

Bien le bonjour mademoiselle

Codage par Amétrine sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 13
Date d'inscription : 24/08/2016
Age : 29
Localisation : Alvena, à l'infirmerie

Carte d'identité
Groupe: Personnel
N° de Cellule :: /

MessageSujet: Re: Prendre ses marques [Trash] [Nathaniel~] Sam 27 Aoû - 10:02

▲▼ De drôles de retrouvailles.Ton regard se détourna un moment pour observer les tableaux aux murs. Ce n’était pas de l’art, mais bien des schémas explicatifs ou d’anatomie des organes du corps humain, jauni par le temps et déchirés ou tout du moins écornés en plusieurs endroits. Ces derniers étaient accompagnés par des posters de prévention sur l’alcoolisme, le tabac et même le Sida. Ils étaient abîmés à la pliure, du fait de les avoir manipulés de nombreuses fois.

Ayant fait le tour de la pièce, tu observais attentivement Jacky, the spooky scary skeletons… Enfin, il ne faisait pas si peur que ça, mais la musique qui accompagnait ces quelques mots te revinrent en mémoire. En tu touchant, tu tentais de reproduire les percutions présent dans la mélodie alors que tu commences à chanter faiblement, oubliant presque ton patient qui devait arriver.

- Spooky scary skeletons…Send shivers down your spine…Shrieking skulls will shock your soul… Seal your doom tonight...

Soudainement, tu te tais en entendant quelqu’un toquer à la porte, revenant soudainement dans le présent, dans la prison avec le travail qui t’attendait. Tu étais légèrement gênée de t’être laissé emporté de la sorte… Tu époussettes rapidement ta tenue, remettant en place ton uniforme, tirant sur le haut pour le lisser et faire disparaître les plis pour être plus présentable. Ta jupe te semblait bien. Durant ses vérifications, en tournant la porte, tu lances un :

- Entrez !

Tu te retournes alors et tu remarques, avec un discret sursaut de surprise, que Nathaniel est déjà dans l’infirmerie. Tu n’avais même pas entendu la porte ! Tu es déstabilisée un très court instant, avant de reprendre consistance et de le regarder plus en détails. Tu avais déjà vu son profil, sur les photos des dossiers, mais celles-ci sont tellement formelles que ça ne retranscrit pas vraiment la réalité.

Ainsi, tu relèves la tête pour le regarder étant bien plus grand que toi… En vérité, tu ne savais pas vraiment, ne t’étant jamais vraiment intéressé à l’amour. Tu rougis légèrement en l’observant, déjà de par sa tenue plutôt légère, mais qui dévoilait son corps et ses muscles finement sculptés par la même occasion. On pouvait dire que c’était un canon de beauté de notre époque, athlétique et masculin, avec ce que beaucoup de femmes apprécient aussi, ce sentiment de dangerosité qu’il semble dissimuler. Comment elles appelaient ce genre déjà ? Un « Bad boy » ? Peut-être… En vérité, tu ne savais pas vraiment, ne t’étant jamais vraiment intéressé à l’amour.

Sans doute que beaucoup auraient voulu l’avoir dans leur lit, mais ce sentiment t’est inconnu… Tu ne ressentais pas t’attirance, ni même du désir pour lui. Certes, tu avouais volontiers qu’il était beau, c’était une certitude. Tu restais bloqué à ce stade. Les relations charnelles ne t’intéressaient-elles pas ? En avais-tu peur ? Où en étais-tu complètement désintéressé ? Même toi, tu ne le savais pas.

Tu passes outre ses questions et tu t’approches sans problème lui tendant ta main pour qu’il la serre, ou non, en commençant à te présenter.

- Bonjour M. Eliseum, ravie de faire votre connaissance ! Je me nomme Elisa Capelle, je suis la nouvelle infirmière de la prison Alvena. Venez asseyez-vous je vous en pris.

Tu lui désignes un des sièges devant le bureau alors que tu y prends place derrière. Tu te rapproches un peu prenant son dossier, et l’ouvrant, tenant un des stylos dans ta main. Tu parcours rapidement les papiers et tu en retires plusieurs, concernant notamment le poids du détenu main aussi ses constantes. Glycémie, rythme cardiaque, respiration, tension et d’autre petits paramètre à prendre toutes les semaines, voire plus selon les cas

Tu regardes tout, dans un froissement de papier, tandis que tu lui parles pour ne pas laisser un blanc s’installer :

- Alors… Vous êtes Nathaniel Kadaj Eliseum, Homme, 24 ans, n’est-ce pas ? Détenu de la cellule E#010 ? Je ne vois pas de pathologie particulière sur le plan physique, confirmez-vous ses renseignements ?

Tu attends sa réponse, rajoutant ou corrigeant si certaines de tes informations étaient fausses, fallacieuses ou même trop anciennes. Une fois, cela fait, tu te relèves et lui désignes de la main de manière successive la balance et une « table » d’auscultation, avec les instruments de mesure à côté.

-Très bien, Monsieur Eliseum, je vais vous demander de monter sur la balance. Après je vous prendrais diverses mesures. Enfin, vous devez connaître la musique, n’est-ce pas ?

Cette phrase n’avait pas pour but d’être méchante, et tu la ponctuas d’un sourire bienveillant et sincère.
© 2981 12289 0


Dernière édition par Elisa Capelle le Sam 27 Aoû - 12:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 79
Date d'inscription : 29/10/2014

Carte d'identité
Groupe: Détenus
N° de Cellule :: E#010

MessageSujet: Re: Prendre ses marques [Trash] [Nathaniel~] Sam 27 Aoû - 10:48


Prendre ses marques

Feat Elisa





Exquise... Voici le mot que j’emploierai pour la nommer... Tellement. J'avais hâte de lui faire du mal alors qu'elle me tendit sa main en tendant la main et en se présentant.

- Bonjour M. Eliseum, ravie de faire votre connaissance ! Je me nomme Elisa Capelle, je suis la nouvelle infirmière de la prison Alvena. Venez asseyez-vous je vous en pris.

Je la regardais toujours et lui serrai la main, j'avais beau être un tueur en série dont les femmes étaient la cible je n'était autre qu'un gentleman, malgré ma carrure. Après tout il fallait bien les mettre en confiance pouvoir les violer et surtout les martyriser...

Elle me fit ensuite un signe pour que je m'assois sur un siège où je m'assieds sans problème alors qu'elle fit de même derrière son bureau. Alors qu'elle s'installait je la regardais sous toutes les coutures.

C'était ça... Elle allait être ma proie. Et je m'en réjouissais par avance. Je savais qu'avec mes muscles, elle ne tiendrait pas longtemps et se laisserait faire... Quelles douces images... Je secouais légèrement la tête ayant un léger rictus.

- Bonjour M. Eliseum, ravie de faire votre connaissance ! Je me nomme Elisa Capelle, je suis la nouvelle infirmière de la prison Alvena. Venez asseyez-vous je vous en pris.

Je la dévorai toujours des yeux. S'ils pouvaient la déshabiller elle serait déjà nue... Mais pour l'instant je ne ferai rien, il fallait qu'elle pense qu'elle avait l'avantage sur moi mais aussi qu'elle pouvait me faire confiance...

- Alors… Vous êtes Nathaniel Kadaj Eliseum, Homme, 24 ans, n’est-ce pas ? Détenu de la cellule E#010 ? Je ne vois pas de pathologie particulière sur le plan physique, confirmez-vous ses renseignements ?

Je secouais la tête en guise d'approbation mais que me demanderait telle ensuite ? Je regardais autour de moi, une table d’auscultation , le pèse personne et un mètre pour voir ma taille. Mais au final ce qu'elle allait me faire m'importait peu... Ce que j'allais lui faire en revanche... Était bien mieux.

J'avais hâte de la voir pleurer fasse au viol que j'allais lui infliger, face à son sexe que j'allais lui mutiler... Que pourrait-elle faire ? Refuser de me prendre en auscultation et le faire faire par un homme extérieur ? En parler au Directeur pour que j'aille au cachot ?

Pour être honnête cela m'était bien égal, tant que je pouvais lui faire du mal... Refaire du mal à une femme. Après tout, ce n'était pas ma faute... C'était celle que j'avais appelé mère une bonne partie de ma vie...

Bien par où voulez vous qu'on commence ?


Codage par Amétrine sur Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 13
Date d'inscription : 24/08/2016
Age : 29
Localisation : Alvena, à l'infirmerie

Carte d'identité
Groupe: Personnel
N° de Cellule :: /

MessageSujet: Re: Prendre ses marques [Trash] [Nathaniel~] Sam 27 Aoû - 11:59

▲▼ Prendre ses marques.Plonger dans tes papiers, et même dans l’insouciance qui est tienne, tu ne remarques nullement ton regard. Comment le décrire ? Carnassier, mauvais, sadique, possessif, envieux, désireux… Tant de qualificatifs pourraient lui convenir, mais… Sans doute n’est-ce pas dans ton intérêt d’ailleurs. Cette lueur, pernicieuse dans son regard aurait pu arracher un frisson d’effroi à n’importer qui… Sauf à toi. Non pas que tu n’avais pas peut, mais surtout que tu n’y prêtais aucune attention.

C’est vrai, ce n’est pas comme si tu étais dans une prison, ici dans une pièce seule avec un tueur en série ayant tué pas moins d’une vingtaine de femmes. Mais finalement, tu te sentais en sécurité dans ses lieux… Oui, si tu criais, les gardiens arriveraient pour te porter secours non ? Enfin… Encore faudrait-ils sont derrière la porte et pas en pause ou même que tu puisses parler. Mais c’est encore ta naïveté naturelle qui parle n’est-ce pas ? Tss… Être si innocente dans cette prison. Toi qui ne voyais le mal nul part, survivras-tu ici ? Surtout que tu avais accepté ce poste malgré les inquiétudes de ta mère et de ta famille leur assurant que tout ira bien. Espérons-le pour toi…

Durant tout ce temps où l’homme te scrute attentivement, tu remplis une petite feuille de différentes catégories que tu soulignes proprement de ton stylo d’une encre noire. Ça serait ton petit post-it pour les futures prises de constante que tu allais faire sur Nathaniel. C’est uniquement à ce moment que tu relèves les yeux, les plantant dans les siens avant de répondre à sa question.

- Hum… L’ordre importe peu, de toute façon, nous devrons tout faire. Commençons par mesurer votre taille si vous le voulez bien… Vous pouvez vous déchausser ? Cela sera plus facile pour la suite.

Tu te relèves de ta chaise, te dirigeant vers la réglette l’attendant patiemment, te tenant les mains. Tu lui indiques de se mettre dos au mur, alors que tu te mets sur la pointe des pieds pour attraper le mètre et le descendre jusqu’en haut de son crâne veillant à ne pas tomber sur lui. Étant bien plus grand que toi, tu fais un pas en arrière pour voir le chiffre que l’instrument t’indique. 1m90… Toute pile ! En effet, il était grand… Toi avec ton mètre 75… Enfin ton mètre 65 si on ne prenait pas compte de tes chaussures.

Tu lui indiques la mesure d’une voix calme, et professionnelle alors que tu la notes sur le papier. Tu remets tout en place avant de te diriger vers la balance lui indiquant de te suivre. Il dut le faire sans réels soucis, semblant plongé dans des pensées bien lointaines. Il semblait obéissant… Ses derniers mois en prison lui auraient été profitables ? A moins que ce ne soit sa psychanalyse s’il en suivait une ? Ce n’est pas toi qui allait t’en plaindre, craignant de trouver que des prisonniers assoiffés de sang… Mais… Sais-tu que les Démons furent des Anges, et ont toujours leur apparence ?

Tu allumes la balance, en attendant qu’elle se mette en marche, et même lorsqu’il monte dessus, tu lui parles d’une voix qui se veut douce :

- Comment vous sentez vous ? Vous ne vous sentez pas malade ? Et votre moral ? Tout se passe bien pour le moment ? Vous n’avez pas des heurts avec les autres détenus ?

Tu lui assènes tant de questions alors que tu reportes son poids sur ta feuille. Tu prends même ta calculatrice pour faire son IMC pour le reporter plus tard sur la courbe. Sans surprise, et comme le montre son corps finement sculpté, il est athlétique, et pas du tout en surpoids. Aucune graisse superflue. Tu lui énonces le chiffre lui indiquant par la même occasion qu’il n’y avait pas de problème.

Pour la suite, tu le fais s’asseoir sur la table d’auscultation tandis que tu apportes avec toi un petit « panier » sur roulette contenant divers instruments notamment un tensiomètre, un stéthoscope, glucomètre entre autres, mais aussi de quoi préparer des pansements avec des ciseaux… Mais ses derniers étaient, à bout, ronds, ils n’étaient pas dangereux, si ? Enfin a condition qu’il n’y ait que ça dans ce contenant. Tu prends se second, te plaçant derrière lui.

- Je vais écouter vos poumons dans un premier temps, je vais soulever légèrement votre T-shirt. Attention, c’est froid. Respirez fort.

Prévention un peu infantile, il faut l’avouer. Pour un homme comme lui, le prévenir de telles choses est un peu stupide… Dans tous les cas, tu relèves son haut, sans pour autant le déshabiller. Chacun avait sa pudeur alors autant la respecter. Tu constates aucun sifflement, rien. Même quand tu lui demandes de tousser ou de dire « 33 ». Tu replaces ses vêtements correctement avant de revenir devant lui.

- Vous ne fumez ou vous n’avez pas fumé n’est-ce pas ? Ca s’entend, vos poumons semblent en parfait état ! Maintenant, je vais faire la même chose devant, pour votre cœur cette fois.

Le stéthoscope dans les oreille tu te tiens devant lui, toujours souriante, continuant tranquillement ta prise de constante, t’apprêtant à ausculter son cœur.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 79
Date d'inscription : 29/10/2014

Carte d'identité
Groupe: Détenus
N° de Cellule :: E#010

MessageSujet: Re: Prendre ses marques [Trash] [Nathaniel~] Sam 27 Aoû - 12:34


Prendre ses marques

Feat Elisa





- Hum… L’ordre importe peu, de toute façon, nous devrons tout faire. Commençons par mesurer votre taille si vous le voulez bien… Vous pouvez vous déchausser ? Cela sera plus facile pour la suite.

L'ordre importe peu hein ? Et ton viol ? Quand en sera-t-il l'heure ? Je rigolais légèrement alors que je lui tournais le dos pour retirer mes chaussures. J'avais tellement envie de la voir souffrir... Voir ses larmes couler.Mas bref je devais déjà me faire mesurer...

Une fois que cela fut passer c'était au tour de mon poids, mesurer avec précaution... Je la regardais toujours du coin de l'oeil et sans qu'elle le remarque je léchais mes lèvres d'envie. J'avais tellement hâte. Mais pour l'instant je voulais vraiment la mettre en confiance.

- Comment vous sentez vous ? Vous ne vous sentez pas malade ? Et votre moral ? Tout se passe bien pour le moment ? Vous n’avez pas des heurts avec les autres détenus ?

Je rigolais à la fin de sa dernière question. Non en effet je n'avais jamais eu de problèmes avec les autres, il savait que j'étais psychotique, donc instable, que je n'hésitais pas à faire du mal pour me venger et puis... J'étais l'un des plus vieux de cette prison...

Pardonnez moi de me moquer mais vous savez comment ça se passe dans une prison hein ? Les plus vieux ne se font jamais avoir par les plus jeunes. Donc non je n'ai aucuns heurts, mon moral va très bien... Surtout en votre compagnie..

Je dévoilait un large souvenir aux dents blanches, telles celles d'un requin Mais elle me dit ensuite de m'installer sur la table, ce que je fis, et me laissais faire. J'aimais tellement me faire dorloter par une de mes futures proies...

- Vous ne fumez ou vous n’avez pas fumé n’est-ce pas ? Ca s’entend, vos poumons semblent en parfait état ! Maintenant, je vais faire la même chose devant, pour votre cœur cette fois.

Voilà le coup d’envois ! Cela était le début de son supplice. J'eus un sourire de prédateur et commençais à l'étrangler avec force, ma main enserrant son cou puis l'autre caressant la peau de son visage.

Vous avez la peau douce... J'adore ça !

Je souriais toujours et tout en continuant de l'étrangler je cherchais un scalpel, que je ne tardais pas à trouver... Je poussais alors la tablette à roulette et l'allongeais de force sur la table d'auscultation . Je respirai alors son parfum, exquis tout comme elle, fruité, un parfum d'été. J'adorai ce genre de parfum. Je lui dis doucement à l'oreille.

Ne criez surtout pas ou ce sera bien pire...

Pire ? Non je ne pensais pas, il y aurai juste les liens quine seraient pas là, pas de fils barbelés, quelle déception... J'avais tellement envie d'elle

Codage par Amétrine sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 13
Date d'inscription : 24/08/2016
Age : 29
Localisation : Alvena, à l'infirmerie

Carte d'identité
Groupe: Personnel
N° de Cellule :: /

MessageSujet: Re: Prendre ses marques [Trash] [Nathaniel~] Sam 27 Aoû - 13:40

▲▼ Prendre ses marques.Tu écoutes la réponse de Nathaniel à tes nombreuses questions avec une grande attention. C’est souvent lors de ces moments calmes, tranquilles où les détenus ne se sentent pas agressé que tu peux apprendre des choses. Non pas pour nourrir une curiosité maladive et morbide mais plutôt pour détecté les soucis éventuels et même les débuts de dépression. Plus vite cet état est pris en charge, plus vite le patient peut se remettre sur pied. Et puis, tu te doutais un tant soit peu que la vie en prison n’était pas simple. Ainsi tu aurais pu apprendre s’il avait d’autres blessures à soigner, plutôt qu’il ne te les dissimule au risque qu’elles s’infectent.

Tu relèves la tête, un peu surpris de son petit rire. Tu… Tu avais dit quelque chose de mal ? Sans doute que ton ignorance et ta naïveté sont à l’origine de cette moquerie. Tu scilles légèrement, faisant les grand yeux, interrogateur au détenu en face en toi alors qu’il reprend la parole. Il s’excuse pour ce quolibet, et t’indique qu’étant ici depuis un moment, il ne s’en sortait pas si mal… Et puis en même temps, avec la musculature qu’il avait, personne ne devait venir le déranger… En entendant sa dernière phrase, tu ne peux t’empêcher de rougir fortement. Que… Pourquoi te disait-il ceci ?

- Je… Vous êtes tout pardonné Monsieur Eliseum. Je vois. Si vous allez bien c’est une bonne chose. Et je… Hum… Merci ? Merci pour ce compliment…

Tu baisses la tête en voyant son sourire. Tu as du mal à l’interpréter, tiraillée entre deux ressentit. Un mal à l’aise au vu de ce rictus carnassier, à la limite du malsain et l’autre plus positif, pensant qu’il ne s’agissait de qu’une simple expression faciale comme une autre. Il ne faut pas être devin pour savoir que c’est ce second avis qui l’emporta. Toi et ta confiance en l’autre…

Autour de la table d’auscultation, tu écoutes ses poumons avant de revenir devant lui, bien décidé à étudier les sons de son cœur si jamais tu détectais un souffle. Tu lui souris de manière réconfortante comme pour lui assurer que tu ne lui feras pas de mal, et qu’il peut avoir confiance en toi… Enfin… Comment pourrais-tu le blesser après tout… Tu es une femme toute frêle face à cet homme tout en muscle… Il n’y a pas besoin de faire une équation pour connaître l’issus s’il y avait une confrontation…

Alors que tu approchais ton stéthoscope de son torse, prêt à lui relever le tissu de son haut, tu sens sa main puissante te prendre au cou ses doigts se refermant fermement sur toi. Tu vois son sourire mauvais, brisant son masque de gentleman qu’il arborait quelques instants plus tôt. Surprise, tu avais voulu crier mais son emprise sur ta gorge était si importante que ta voix mourut sans pouvoir rien prononcer.

Tu attrapes son bras qui te tenait en échec tentant de t’en défaire en vain bien entendu… Son autre main, vient frôler ta joue dans une caresse qui semble trancher avec sa brutalité précédente… Cependant ce n’est qu’en apparence… Oui, sous ce contact doux transpirait une véritable dangerosité… Elle ressemblait à une lame de rasoir prêt à t’entailler à tout instant à chaque geste brusque.

- Argl… Ah… Arr… Arrêtez… Lâch… Lâchez … Moi…

Ces quelques mots, que tu te forces à prononcer te font horriblement souffrir. Ta trachée est écrasée t’empêchant presque de respirer. Il fallais que tu te sortes de cette affaire. Il… Il allait te tuer… Et tu ne voulais pas mourir… Tu jettes un vif coup à la desserte où trônaient encore quelques instruments. Tu le vis prendre un objet sur celle-ci, mais tu n’y prêtas pas attention trop concentrée sur ta propre survie… Tu tends ton bras espérant attrapé un quelconque objets pour te défendre. Cependant d’un geste vif, il repousse le support loin de toi, en même temps que ton espoir…

Tu sens sa prise se resserrer t’arrachant un gémissement de douleur ainsi qu’une grimace. Les premières larmes te montent aux yeux, s’écoulant librement sur tes joues. Tu ne voulais pas mourir… Tu avais plus peur de la mort que ce qu’il pourrait te faire, étant persuadé qu’il te tuerait au lieu de « jouer » avec toi en un jeu sordide… Ayant de plus en plus de mal à respirer tu sens un filet de salive glisser de la commissure de tes lèvres descendant jusqu’à ton menton…

Comme si tu étais une poupée de chiffon, il te dirigea avec une facilité déconcertante te forçant à t’allonger sur la table prenant encore davantage l’ascendant sur toi… Un frisson, limite de dégoût parcours ton corps lorsque tu le sens si près en toi, en une intimité qui te répugne tant parce qu’elle n’est pas voulue, qu’elle est emplis d’une menace et d’une dangerosité que tu veux rejeter loin, si loin de toi. Il semble humer ton odeur… Tu te débats de toutes tes forces, tentant t’enlever cette main qui t’étrangle. Tu veux le griffer avec tes ongles, lui attraper les cheveux pour le forcer à te lâcher, mais plus le temps passe plus tes forces te quittent… C’est à peine si tu l’entends…

- Lai…Laissez … Moi…. Arr…êtez… Argl… Rgg… Lâ…chez… moi !

Tes joues s’humidifient de tes larmes alors que tu tentes encore de te défaire de son emprise. Tu en revenais à prier pour qu'un garde vous ait entendu... Mais... Tout s'était déroulé si vite...
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 79
Date d'inscription : 29/10/2014

Carte d'identité
Groupe: Détenus
N° de Cellule :: E#010

MessageSujet: Re: Prendre ses marques [Trash] [Nathaniel~] Sam 27 Aoû - 14:27


Prendre ses marques

Feat Elisa





- Lai…Laissez … Moi…. Arr…êtez… Argl… Rgg… Lâ…chez… moi !

Je voyais ses larmes couler. Tellement belle. Elle était tellement belle lorsqu'elle pleurait..., je lui essuyais de ma main libre ses larmes avec un sourire toujours aussi malsain. J'aavais hâte de jouer. Ma nouvelle petite poupée...

Tu es belle comme ça... j'adore voir de telles expressions... Je ne te lâcherai pas, je t'aie déjà trop et pis tu as l'air d'une petite poupée, et j'adore ça...

Je vins ensuite l'embrasser avant de monter sur la table, me mettant à califourchon sur elle, arrêtant de l'étrangler et et lui tenant fermement les poignets alors que je soulevais sa jupe avec des yex émerveillés comme si je n'avais jamais vu cela.

Tu n'as vraiment pas le droit de hurler sinon je te tue... Après tout je n'ai plus rien à perdre !

Et c'était tout à fait vrai, j'étais condamné à vie et la peine de mort n'était plus reconnue... Alors pourquoi ne pas en tuer une autre ? Et puis.. Je savais que j'irai au cachot où en chambre d'isolement, feignant une crise psychotique.

Je me mis à rire et l'embrassais alors que je lui retirai son string pour la caresser légèrement en étant pas brusque du tout au final, je n'aimais pas ça, je préférai leur faire mal avec une lame et en les tapant mais au niveau de sexe seul des coups de lame étaient permis !

Une fois l'avoir assez caressé, mon sexe étant durcit je m'allongeais sur elle pour ne pas qu'elle bouge et me déshabillais gardant toujours la lame de rasoir dans main, une fois déshabiller je fis de même pour sa jupe.

Je restais donc à califourchon sur elle lui tenant les poignets de ma main libre. L'autre, celle avec la lame de rasoir, commençant à descendre de son nombril jusqu'à son pubis, prenant tout mon temps.

J'espère que tu souffriras. Mais... Ne t'en fais pas, je ne te tuerai pas




Codage par Amétrine sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 13
Date d'inscription : 24/08/2016
Age : 29
Localisation : Alvena, à l'infirmerie

Carte d'identité
Groupe: Personnel
N° de Cellule :: /

MessageSujet: Re: Prendre ses marques [Trash] [Nathaniel~] Sam 27 Aoû - 15:26

▲▼ Prendre ses marques.Ta vue était embuée par tes larmes, de sorte à ce que tu ne voyais que quelques tâches lumineuses par-ci, par-là… La plupart étaient d’un blanc quasi papal, resplendissant, revoyant entièrement la lumière. Dans cette vague d’ivoire, outre quelques points de couleur d’un bleu ou d’un vert fade, une autre teinte était aussi présente… Bien plus vive, et surtout bien plus dominatrice… Un rouge éclatant… Un rouge issus d’une teinture pour cheveux se démarquait du reste offrant limite un point d’encrage à ton esprit qui vacillait sous le manque d’oxygène.

Ta gorge, écrasée, broyée, enserré dans une entrave puissante ne te faisait ressentir que de la douleur, pure et primale… Tu peinais à respirer et son emprise touchait aussi tes artères principales, empêchant ton cerveau d’avoir une circulation sanguine approprié. Dans ta panique, ta peur et ta souffrance la main de ton agresseur prit en coupe ta joue essuyant quelques une de tes perles d’eau salées…

Ces deux attitudes semblaient résumer parfaitement l’homme. Des gestes d’une douceur sadiques. Deux attitudes complètement opposées mais qui pourtant étaient réuni en lui. La brutalité, la violence exprimée dans ton étranglement et une « bonté », « indulgence » d’un autre côté… Etait-ce pour mieux briser ces victimes ? Leur faire croire à un quelconque échappatoire ? Que si elles jouaient sur les sentiments, elles s’en sortiraient ? Mais finalement ceci n’était qu’illusoire… Tout était fait pour l’amuser au maximum, chacun de ses gestes effectués avec une précision chirurgicale et préméditée…

Sa voix, emplie d’une fascination morbide et surtout malsaine t’arrachant un frisson qui parcouru ton échine. Une poupée ? A vraie dire il n’avait pas tord… Tu ne pouvais rien faire tes précédentes tentatives ayant échouée. Tu n’as aucune arme pour te défendre hormis ton corps… Enfin bon… Ce n’est pas avec tes 60kg que tu vas rivaliser avec lui… Nathaniel avait placé consciencieusement ses fils autour de toi, et tu n’y étais empêtré sans même t’en rendre compte, te piégeant dans sa toile devenant à la limite sa marionnette…

Tes lèvres semblent articuler quelques mots mais aucun son ne sort de ta gorge. Ces propos resteront dans l’abîme du néant n’ayant put être prononcé… Soudainement, le rouge emplis tout ton champ de vision lorsque tu sens ses lèvres se poser sur les tiennes. Tu tentes d’échapper à cela mais il te tenait fermement ne t’offrant aucune réelle liberté de mouvement… Alors, la pression sur ton cou diminue grandement alors qu’il se met à califourchon sur toi.

Tu prends une grande inspiration remplissant tes poumons d’un air riche en oxygène qu’ils cherchaient depuis si longtemps. Ta bouffée te brûle toute ta trachée et tes bronches devant cet afflux si brusque te faisant tousser. Tu tentes de mettre ta main devant ta bouche pour étouffer ta quinte de toux main tes poignets sont vivement rattrapé, réuni et surtout entravé dans la poigne puissante de Nathaniel. Par la même occasion tu ressens ta jupe se lever, si bien que tu lèves la tête, hoquetant de surprise. Mais il sembla anticiper ton action, et t’ordonna de ne crier sous aucun prétexte, où sinon il t’offrirait la mort… Entre deux sanglots tu réussis à articuler ces quelques mots décousus. :

- Je… Non… Euh… Oui… Je… ne le ferai pas… Ne… me tuer pas…

Son rire te frappa comme une claque au visage te blessant intérieurement. La souris était sur le point de se faire dévorer… Alors que tu détournais la tête, il pris a nouveau d’assaut ta bouche, en un baiser plus profond que le précédent mais que tu voulais toujours lui refuser. Pourtant tu ne pus rien faire que te lasser te guider. Quoique tu eus un sursaut de rébellion, cherchant avec tes dents à le mordre…

Dans ce même instant, il t’ôta ce qui était ta dernière protection, le mince tissus cachant ta nudité. Et c’est avec une certaine compassion qu’il retira ton sous-vêtement t’exposant à son regard emplis d’une soif de sang certaine… Sa main si proche de ton intimité est ce mouvement de douceur, tes caressant, t’effleurant légèrement. Dans un premier temps ce geste aurait pu sembler tendre, avant de se teindre d’une certaine brusquerie, semblant se lasser d’être bon…

Sans pour autant te lâcher les poignets, il s’allonge sur toi, te dominant de sa taille et de son poids supérieur aux tiens et commençant à se déshabiller. Dans cette proximité où vos corps se touchaient sans détour, tu ressentis quelque chose de dur contre ta peau nu… Et évidemment ce n’était un briquet ou autre, ne laissant aucun doute sur ce que ressentait le détenu vis-à-vis de la situation. Tu retins comme tu peux un petit cri de surprise qui devint finalement un gémissement.

-Non… Non… Je ne veux pas… Relâchez vous… Je vous en pris… Monsieur Eliseum…

Alors que tu le suppliais, il défit ta jupe et ouvrit ton haut qui, au finale, n’était tenu que par des boutons pressions… Tes sanglots redoublent et, en plus de savoir qu’il appréciait et même qu’il était excité par la situation, tu eus la désagréable surprise de sentir quelque chose de froid contre ton ventre. Tu relèves la tête tentant de voir ce que c’était et découvrit une lame frôlant dangereusement ta peau et descendant de plus en plus bas, vers ton entrejambe.

Tu écarquilles les yeux, et tu tentes de bouger davantage pour te défaire de son étreinte :

-Arrêtez ! Non ! Arrêtez ! Pas ça ! Pas ça…

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 79
Date d'inscription : 29/10/2014

Carte d'identité
Groupe: Détenus
N° de Cellule :: E#010

MessageSujet: Re: Prendre ses marques [Trash] [Nathaniel~] Sam 27 Aoû - 16:03


Prendre ses marques

Feat Elisa





-Arrêtez ! Non ! Arrêtez ! Pas ça ! Pas ça…

Arrêter ? Non j'étais trop bien parti pour ça... Et puis, j'étais trop excité pour ça. Le seul moyen de se débarrasser d' une tentation est d' y céder.
Comme disait Oscard wilde non ? Je plongeais alors ma tête dans son cou pour humer encore son odeur et lui répétais cette citation... J'aimais tellement ce bouquin...

Je continuais donc de jouer avec ma lame pour la faire « languir », pour que sa peur s'agrandisse. Je voulais à tout prix la faire de nouveau pleurer, je voulais qu'elle se rendent compte de ce qui allait se passer...


Alors ? Vous n'avez pas lu mon dossier ?

En disant ces mots je commençais martyriser son bassin puis ses deux grandes lèvres. Je voulais voulais voir jusqu'à ce qu'elle pouvait supporter comme douleur mais... Même si elle n'en pouvait plus je continuerai toujours. Elle tomberai dans les pommes voilà tout...

Je n'aurai cas la désinfecter et la rhabiller et la mettre au lit disant au gardien qu'elle n'allait pas bien. De toute façon je savais qu'elle ne dirait rien malgré elle. Après tout si elle disait cela au directeur il m'enverrai au cachot et elle serait viré surement pour le fait qu'elle n'aurait pas été assez professionnel, assez sur ses gardes...

Mais soit... Je continuais donc de la lacérer tranquillement faisant toucher mon pénis près de son vagin mais n'y pénétrant pas, non avant ma lame de rasoir y serait déjà invitée...

Codage par Amétrine sur Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 13
Date d'inscription : 24/08/2016
Age : 29
Localisation : Alvena, à l'infirmerie

Carte d'identité
Groupe: Personnel
N° de Cellule :: /

MessageSujet: Re: Prendre ses marques [Trash] [Nathaniel~] Sam 27 Aoû - 17:22

▲▼ Prendre ses marques.Tu te tortilles sous lui cherchant par tous les moyens à te défaire à son emprise. Tu tires sur tes poignets de manière brusque, le faisant cependant à peine vaciller. Comment allais-tu faire pour te sortir de ce pétrin… De cette merde où tu t’es fourrée toute seule. Ta négligence… Ta seule négligence est la source de cet événement et de ce qui t’arrive. Tu aurais pu faire plus attention… Demander à un gardien de rester, ranger TOUS les instruments et pas seulement ceux qui te semblent les plus dangereux…

La lame frôlait encore ta peau, comme une menace tangible, près à te lacérer à la moindre occasion. Pour tenter d’y échapper, tu essayais de rentrer ton ventre pour mettre un maximum de distance entre le fil de la lame et sa peau frêle et fragile. Tu relèves la tête, le regard inquiet alors que tu vois le court de l’objet tranchant au dessus de toi. Parfois, il est à un petit centimètre au dessus, et à d’autres moments, elle effleure ta peau, traçant des lignes blanches qui ne tardent pas à rougir.

Tu te mords l’intérieur de la joue pour ne laisser aucun son sortir alors que tes larmes coulent a nouveau sur tes joues. Tu le sens se pencher encore un peu plus sur toi, sa peau touchant la tienne sans vergogne. Il enfouis son visage dans ton cou humant de nouveau ton odeur. Tu sens la lame entailler légèrement la peau tandis qu’il t’écrase de son poids t’obligeant à adopter une respiration hachée, courte et rapide.

Son souffle contre ton oreille te fait frémir d’effroi. Une boule s’est formée au creux de ton ventre, alors que tu commences s à trembler de tous tes membres. Tu n’avais jamais ressentit une peur si tenace… si présente… Elle semblait vouloir t’engloutir toute entière pour te mettre hors d’état de pensée pour devenir littéralement une poupée… Une poupée sans aucun libre arbitre, entre les mains de ce fou… Non, tu ne pouvais pas laisser ça arriver !

Il te cite une phrase d’un auteur, Oscar Wilde… Que peux-tu lui répondre… ? Tu avales ta salive restant muette, préférant te concentrer sur ton propre contrôle pour tenter déjà de ne pas crier. Mais… Qu’est-ce qu’il te fais dire qu’il ne te tueras pas même si tu ne cris pas ? Tu n’en n’avais aucune certitude… Pourtant c’était un mince filet d’espoir… Donner une échappatoire à un humain et même s’il est impossible, il se jettera dessus… N’étais-tu pas dans ce cas ?

- Ne… Ne me tuez pas… Je vous en pris… Tout mais je ne veux pas mourir… J’ai ma famille…

Il se relève légèrement te gratifiant d’un sourire sadique que tu vois à peine derrière ton rideau de larme. Il reprend la parole, d’une voie grave, suave où transparaissait son désir de te voir souffrir. Si tu avais lu son dossier ? Tu ne savais que le minimum… Enfin… Non, tu le connaissais, tu avais lu les rapports d’autopsies, ceux des psychiatre et même quelque interrogatoire… Tu sais parfaitement ce qu’il allait se passer.

Oui, tu connaissais ses méthodes… Tu connais son mode opératoire… Tu connaissais la suite des événements… Malheureusement ou heureusement ? Ton tremblement redoubla alors que la peur s’insinuait encore plus dans ton regard, alors que tu tentes de maîtriser tes sanglots pour parler.

- Non ! Ne le faîtes pas ! Pas ça ! Je vous en supplie ! Je ne dirais rien ! Ne- !

La fin de ta phrase se meurt soudainement dans ta gorge alors que Nathaiel t’entaille au bassin, niveau de tes hanches, se rapprochant insidieusement de ton aine. Tu te la lèvre jusqu’au sang pour ses premières entailles dont tu arrives à encaisser facilement la douleur. Tu tentes de respirer profondément pour te calmer de manière plus moins efficace… Disons que cela marche un peu dans un premier temps jusqu’à ce que la lame aiguisée te coupe bien plus près de la partie la plus sensible de ton anatomie.

Sans compassion, la lame pénètre, laboure, hache cette partie charnue de ton corps sans te laisser de moment de répit. Tu arrives à retenir des hurlements qui se muent en de longs geignements plaintifs, suppliant la fin de cette torture. Tu as un petit hoquet de surprise en sentant la virilité de Nathaniel prêt à t’empaler sans vice de procédure. Cependant dans ce petit sursaut, tu laisses échapper un cri plus fort que les autres.

En t’en rendant compte tu jettes un regard désespéré à ton agresseur, craignant sa réaction :

- Je… Pardon… Je ne voulais ! Je me tuer pas je vous en supplie. S’il vous plait… Laissez moi la vie sauve.

Tu te demandais si les gardiens t’avaient entendu… Tu ne savais pas ce qui serait le mieux… Oui, et ils mettent fin à ton calvaire, mais tu mourrais sans aucun doute ? Ou non, et tu restes entre les mains de cet homme sadique, sans pour autant être sûr d’en réchapper…

© 2981 12289 0


Dernière édition par Elisa Capelle le Dim 28 Aoû - 9:48, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 79
Date d'inscription : 29/10/2014

Carte d'identité
Groupe: Détenus
N° de Cellule :: E#010

MessageSujet: Re: Prendre ses marques [Trash] [Nathaniel~] Dim 28 Aoû - 8:15


Prendre ses marques

Feat Elisa





- Je… Pardon… Je ne voulais !  Je me tuer pas je vous en supplie. S’il vous plait… Laissez moi la vie sauve.

Lui laisser la vie sauve ? Bien sûr que oui ! Je voulais vraiment m'amuser avec elle ! Elle était tellement magnifique, et ses geignements de douleur.... Exquis jusqu'à ce qu'elle cri plus fort que les autres fois... Mes traits de visage se durcirent alors.

J'arrêtais de la lacerer et l'approchais la lame de son visage, la faisant faire le contour de ses traits féminins sans la couper, trop visible... Je posais ensuite la lame à côté de ses poignets que je tenais toujours fermement.

Je lui souris et, à la fin de cela je lui mis grande gifle pour lui faire bien mal. Gifle sans bruit mais qui allait sûrement lui laisser un goût ferreux dans la bouche. Que j'aimais la torturer... C'était tellement bon...

Je repris ensuite la lame et la faisais glisser le long de sa poitrine, le long de ses flancs jusqu'à retourner à ses parties intimes pour continuer ce que je faisais auparavant tout en prenant la parole.

Te tuer ? Non... Tu es trop belle pour ça... Et même si ce n'est pas dans mes habitudes je ne tuerai pas... Juste te faire souffrir pour te détruire à petit feu... Si tu veux bien me revoir après ça...


Je me mis à rire à cette dernière phrase, je savais déjà quelle était sa réponse, malheureusement pour moi... J'aimais la voir, elle était vraiment magnifique, son visage resplendissant qu'elle pleure ou non. C'est bien pour cela que je ne la tuerai pas d'ailleurs...

Et puis... Mes autres proies... Je savais très bien que je ne les reverrai plus, alors qu'elle... Elle je pourrai la revoir... Au moins une fois tout les jours, dans les couloirs en tout cas... Et j'espérai que cela lui glacerai le sang...

Mais bref je me remis à la martyriser et cette fois je fis pénétrer la lame dans son vagin, j'avais hâte de voir sa réaction... Si elle ne hurlait pas cela voudrait dire qu'elle a une très bonne endurance à la douleur et cela me plairait encore plus.

Quoiqu'il en soit je retirai ma lame en elle et insérai mon pénis en elle sans bouger.

Tu as peut être mal non ?

J'avais dit cela avec un grand sourire sadique, bien sûr qu'elle devait avoir mal mais je voulais l'entendre me le dire...

Codage par Amétrine sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 13
Date d'inscription : 24/08/2016
Age : 29
Localisation : Alvena, à l'infirmerie

Carte d'identité
Groupe: Personnel
N° de Cellule :: /

MessageSujet: Re: Prendre ses marques [Trash] [Nathaniel~] Dim 28 Aoû - 9:47

▲▼ Prendre ses marques.Alors que tu avais crié, tu t’étais brutalement stoppé. Tu ne bougeais devenant inerte, figer dans cette position alors que tu regardais Nathaniel, le regard emplis de d’effroi. La panique alors tétanise tes muscles les rendant à la limite d’une statue… Une sculpture qui saignait, mais qui, pour le moment, ne ressentait pas la douleur, trop préoccupée par la réaction du détenu.

Il t’avait ordonné de ne pas crier… De ne pas émettre le moindre cri plus haut que l’autre au risque de te voir mourir dans d’horrible souffrance. Pire que maintenant ? En réalité, ce n’est pas la souffrance qui t’avait forcé à retenir tes hurlements… Mais bien la peur de la mort. Tu ne voulais pas mourir… Tu ne voulais pas quitter ce monde. Tu avais peur de ce qu’il se trouvait de l’autre côté ? Oui sans aucun doute, mais cette crainte était bien moindre comparé à ce que te faisait ressentir cet homme.

Non en réalité, c’était la réaction de ta famille, notamment de ta mère… Elle t’avait répété que si tu n’étais plus là… Même si tes frères et sœur étaient encore en vie, elle ferait tout pour te rejoindre… Et si elle faisait ça quand serait-il de ta fratrie ? Non, tu ne voulais pas que cela arrive… Pas à cause de toi… Tu ne voulais pas être la cause de tant de souffrance…

Tu retins ta respiration lorsque tu vois la lame se rapprocher de ton visage. Tu tends le cou détournant ta tête dans le vain espoir de lui échapper. Mais rapidement la froideur et la dureté de la lame se fait ressentir sur ta peau frêle et tu retiens un hoquet de surprise alors que tes épaules sont secouées de sanglots inaudibles. Tu pousses ce que l’on pourrait appeler un soupir de soulagement que tu ravalas bien vite en sentant le fil effilé sur tes poignets.

-Ne me tuez pas… Ne me tuez pas… Ne me tuez pas… Je ne veux pas mourir…

Tu répétais ses quelques phrases en boucle, ton esprit figé ne pouvant penser autre chose, tes lèvres ne pouvant dire autre chose… Alors tu reçu une gifle monumentale qui te stoppa immédiatement. Les yeux grands ouverts, tu ne disais plus rien, seules quelques larmes glissaient sur ta joue rosie par le coup. Tu sentis alors un goût métallique emplir ta bouche ainsi qu’un arrivée brusque d’un liquide chaude.

Tu détournas la tête et crachas une partie de ce dernier. Une nouvelle tache rouge dans ce décor d’un blanc pur… Ton sang… Filet de cet élixir coulait de la commissure de tes lèvres jusqu’au menton. Tu restas ainsi un moment, comme si tu avais « bugué » comme le dirait les jeunes de nos jours. Tu ne sens même pas la lame descendant sur ta poitrine, laissant derrière elle un chemin rose sur ta peau qu’elle effleure. Tu reviens uniquement à toi de la plus brutale des manières lorsque tu sens l’acier pénétrer de nouveau ta chaire charnue.

Tu te retiens difficilement de hurler, meurtrissant de nouveau ta lèvre alors qu’il reprend la parole. Il t’annonçait qu’il n’allait pas te tuer… Pourquoi ? Pourquoi change-t-il pour toi ? C’était étrange… Et… Si tu voulais le revoir ? Même si tu ne le voulais pas, tu y serais obligé… Déjà de par les rencontres fortuites dans les couloirs et surtout… Comment vas-tu justifier que tu ne le veux plus dans ton cabinet sans exposer ta propre faute ? D’une voix éteinte, tu arrives à prononcé ces quelques mots te retenant de hurler :

-Pourquoi… ? Pourquoi moi ? Qu’est-ce … qui vous… fait… Argg…. Ugh… Changer ?

Cependant à peine avais-tu prononcé cette phrase que tu sens quelque chose s’insinuer en toi… Dur, long, mais surtout… Tranchant. La… Lame était en toi ? Tu te cambres sous la douleur lancinante, et tous tes muscles se contractent douloureusement sous la déferlante de souffrance que tu ressens… Qu’il t’inflige avec son arme blanche. Ta bouche était grande ouverte, pour un hurlement inaudible. Te retenais-tu ? Oui et non… Disons que ta voix éraillée, aidait dans ce résultat… D’autant plus que ta respiration, coupée, haché, rapide, t’empêche de crier à ta guise, te laissant uniquement l’occasion de pousser de longs geignements plaintifs…

Dans un état second, ton esprit semble refusé de travailler davantage, étant parti loin… Très loin de ton corps meurtri. Sur ton visage se mêlent tes larmes salées, ton sang ferreur et ta salive. Tu pousses un gémissement lorsqu’il retire enfin la lame de toi avant de combler ce vide lui-même te pénétrant sauvagement avec sa virilité. Tu écarquilles les yeux te cambrant davantage.

Sa chair en toi ravive simultanément toutes tes blessures. Son membre en toi, les coupures par la lame a l’intérieur de toi, et son aine tes blessures externes. Car oui, il était venu entièrement en toi, ton sang faisant office de lubrifiant, l’aidant dans son action. Tu l’entends te parler, mais du voix si lointaine que tu te demandes s’il a vraiment parler. Tu n’étais pas complètement évanouie, même si ton esprit vacillait… Ainsi, tu ne pus prononcer que quelques mots…

-M… Sigh… Ai… Mal… agl…
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 79
Date d'inscription : 29/10/2014

Carte d'identité
Groupe: Détenus
N° de Cellule :: E#010

MessageSujet: Re: Prendre ses marques [Trash] [Nathaniel~] Dim 28 Aoû - 12:19


Prendre ses marques

Feat Elisa





-M… Sigh… Ai… Mal… agl…

C'est tout ce que je voulais... Qu'elle ait mal, mal comme ma mère me l'avait fait... Oui... Je savais que je n'avais pas besoin de le répercuté sur d'autres femme mais pour être honnête elle m'avait brisé... Oui on ne dirait pas comme ça mais si on me parlait de ma mère je crois que je vascillerait très vite...

Il fallait que je garde ce secret en moi même si le personnel pénitencier le savait je savais qu'il ne parlerait pas ouvertement de ma mère devant moi... Mais bref je commençais à m'y faire penser, il ne fallait surtout pas...

Je plongeais ma tête dans le cou d'Elise pour me ressaisir et relevais un un peu mon bassin pour lui faire une grande entaille vertical au niveau de son aine avant de commencer des va et vient plus violet les uns que les autres.

Je voulais qu'elle se sente plus bas que terre, je voulais qu'elle se sente telle un poupée de chiffon... Que l'on manipulait comme bon nous voulions. Je voulais qu'elle soit à la place de ma mère, elle que j'haïssais temps. Elle n'était pas elle mais cela me défoulait, même si Elise était belle comme un cœur...

Tellement belle, tellement fragile, tellement gentille...Cela allait-être facile pour la briser... Je souris et lui cou, arrêtant de la scarifier, me concentrant sur mes va et vient, c'était tellement bon de le refaire avec une femme... De ne pas avoir à le faire encore un mec...


Bien que cela ne me dérangeait pas hein mais un peu de chatte me faisait plaisir parfois et puis.... J'en avais plus l'habitude... Donc pour moi c'était plus facile. Et puis.... Les femmes étaient plus facilement attirées par moi...



Codage par Amétrine sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 13
Date d'inscription : 24/08/2016
Age : 29
Localisation : Alvena, à l'infirmerie

Carte d'identité
Groupe: Personnel
N° de Cellule :: /

MessageSujet: Re: Prendre ses marques [Trash] [Nathaniel~] Lun 29 Aoû - 10:24

▲▼ Prendre ses marques.Tu n’arrives plus à penser correctement. Tu perds le fil régulièrement. Tu tentes pourtant de réfléchir, mais chaque mot voir phrase, si tu es dans un moment de lucidité, sont balayés par ta douleur, ta souffrance lancinante, irrépressible, omniprésente… Torturante… Tu n’arrives pas à raisonner de manière efficace, et finalement, tout ce qui occupe ton esprit sont tes blessures et cet homme. Ce détenu à la chevelure flamboyante qui t’avait mutilé, et qui maintenant était en toi, te violant.

Un instant, à travers ton regard ton embué, tu croisas par hasard celui de ton agresseur. Il semblait être recouvert d’un voile sombre. De la mélancolie ? De la nostalgique ? Il semblait troublé perdu dans les méandres de son esprit. Cependant, cette impression ne dura qu’un seul instant avant qu’il ne plonge de nouveau sur toi, enfouissant son visage dans ton. Cependant, cette impression ne dura qu’un seul instant avant qu’il ne plonge de nouveau sur toi, enfouissant son visage dans ton.

Son corps se colle de nouveau au tien, ce corps musculeux te faisant sentir si nulle, qui te maltraitait selon son bon vouloir, qui te ballottait comme bon lui semblait. Il n’avait pas besoin de forcer après tout… Tu étais si faible… Ce détenu à la chevelure flamboyante qui t’avait mutilé, et qui maintenant était en toi, te violant. C’est inutile… Elle se fera dévorer comme toute les précédentes. C’est comme demander à une mouche, empêtrée dans la toile de l’araignée de lui résister… Allais-tu être dévoré ? Non… Apparemment, il ne voulait « que » jouer avec toi. Mais pourquoi ? Il n’avait pas répondu à cette question. Pourquoi te donnait-il tant « d’importance » ? D’un côté, cela t’arrangeait, car tu ne périrais pas, mais… Un jouet qui nous amuse, on le réutilise n’est-ce pas ? Reviendra-t-il encore à toi pour te faire subir mille nouveaux supplices ?

- Pour… Pourquoi ? … Aah !

Ta voix, faible, éraillée et plaintive se change en un long geignement de douleur alors que tu sens une nouvelle brûlure, une nouvelle entaille fissure ton enveloppe charnelle. Cependant, ce n’est pas la fin… Non elle aurait été trop douce… Et ça aurait été trop simple. Il commença à bouger en toi, en des mouvements brusque, ample et brutaux.

Ses va-et-vient, ressemblant davantage à des coups de butoir te firent te cambrer un peu plus tandis qu’à chaque fois qu’il était complètement en toi, son aine frappant violemment ta chair meurtrie t’arrachèrent de court gémissements qui se firent de plus en plus rapprochés, adoptant le rythme de ses mouvements alors qu’il accélérait se faisant plus rude encore.

Cependant, dans cette situation des plus avilissantes une nouvelle pensée se fit dans ton esprit… Une qui te mit mal à l’aise. Tu relevas le regard, ne baignant dans aucune larme, les ayant déjà tous pleurés. Il… Il n’allait quand même pas… Pas en toi ? Certes avec les blessures qu’il t’avait infligé, il y aurait peu de chance que tu ne tombes enceinte, mais… Le risque zéro n’existe pas…

- Pas… Pas… dedans… Hunn…Non ! Agl…

Tu te débats contre lui te mouvant comme tu peux. Tu espérais qu’il t’ait entendu, priant pour qu’il n’ait pas entendu qu’une seule partie de ta phrase. Cependant à peine as-tu esquissé ce mouvement de rébellion que sa main se referme de nouveau sur ton cou, en un geste dominateur. Il semblait te remettre à ta place… Celle de son jouet, de sa poupée qu’il peut manipuler à sa guise. Une poupée qui, malgré son envie de révolte, son envie de résistance, voit toutes ses actions être mises en échec par la force de cet homme, l’obligeant à subir son bon vouloir, son divertissement…
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 79
Date d'inscription : 29/10/2014

Carte d'identité
Groupe: Détenus
N° de Cellule :: E#010

MessageSujet: Re: Prendre ses marques [Trash] [Nathaniel~] Lun 29 Aoû - 11:08


Prendre ses marques

Feat Elisa





- Pour… Pourquoi ? … Aah !

Je souris... Pourquoi ?

Parce que tu es une femme...

Pas que pour ça mais je voulais lui faire comprendre qu'elle n'était pas à la hauteur, je voulais qu'elle se sente rabaissé plus bas que tard. Je voulais... Tellement de chose venant de cette poupée... Ma poupée...

De plus j'aimais cette voix pleine de désespoir dans sa gorge. Elle me rendait fou... J'aimais tellement ça. J'espérai vraiment qu'il y aurait d'autre fois fois, je l’espérai plus que tout... Oh oui... Mais je me concentrai sur mes va et vient. De plus en plus fort. De plus en plus brutaux.. Sa douleur... J'en avais tellement besoin...

Je me redressais légèrement et la contemplait en souriant, elle était i belle... Son visage... Ses courbes, appétissantes.... J'aimais ce spectacle. Elle ne pleurait désormais plus. Avait-elle réussi à se calmer ou n'en avait-elle plus à donner ? Je rigolais légèrement lorsque elle dit quelque mots.

- Pas… Pas… dedans… Hunn…Non ! Agl…

Je me mis à rire plus fort alors que je l'étranglais de nouveau. Les yeux écarquillés, regardant le moindre de ses gestes, attendant la moindre réplique mais de toute façon... Elle n'avait pas la force pour m'empêcher de continuer ce que je faisais.

En même temps c'était de sa faute... Une femme aussi frêle qu'elle, aussi mignonne qui plus est... Travaillant avec des meurtriers, des violeurs, des voleurs. Non, ce n'était pas l'endroit pour qu'une femme puisse travailler là. Pas un endroit qui était surpeuplé d'hommes.

Pourtant elle l'avait fait fait... Pourquoi ? Etait-ce du sado masochisme ? De la curiosité mal placée ? Quoiqu'il en était elle n'avait pas fait le bon choix.... Mais c'est alors qu'un long gémissement sorti de ma gorge et je me stoppais, laissant tomber mon visage dans le creux de son cou. Mon souffle rauque et chaud, je l'embrassais et vins chuchoter à son oreille :

Trop tard


Codage par Amétrine sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 13
Date d'inscription : 24/08/2016
Age : 29
Localisation : Alvena, à l'infirmerie

Carte d'identité
Groupe: Personnel
N° de Cellule :: /

MessageSujet: Re: Prendre ses marques [Trash] [Nathaniel~] Lun 29 Aoû - 13:50

▲▼ Prendre ses marques.La bouche entre ouvert, tu la tournes vivement sur le côté pour tousser, t’étouffant à moitié avec ton propre sang. La gifle qu’il t’avait infligée te faisait encore mal et te faisait encore saigner… Un nouveau filet de cet élixir pourpre barra ton visage depuis la commissure de tes lèvres, recouvrant l’ancien, déjà sec et coagulé sur ta joue. Lentement, ton corps secoué par les coups de rein violent de Nathaniel, tu le regardes à nouveau. Son sourire, sadique et mauvais est toujours greffé sur son visage.

La lueur dans ses yeux, cruelle et dépravée te fait frissonner alors que tu déglutis avec difficulté. Ta gorge est sèche et se serre sous le coup de ton désespoir, mais aussi de la main de cet homme qui l’a replacé sur ta gorge. La saveur ferreuse se fait plus présente sur ton palais alors que tu entends sa raison. Son explication sur ce déchaînement de violence et de passion contre toi. C’était… juste « ça » ?

Il t’avait fait subir toutes ces blessures juste parce que tu étais une femme ? Non, il devait y avoir autre chose. C’était obligé ! La… La psychiatre… Elle n’avait pas enduré ce supplice. Alors… Pourquoi ? Toujours cette même question. Mais tu commences à douter qu’il ne te révèle la vérité. Ah moins que… Il n’ait détecté ta faiblesse ? Ta gentillesse, ton innocence… Ton idiotie peut-être aussi ? Ta naïveté de penser que tu pourrais survivre ici sans être souillée ?

Finalement… Est-ce que tout ce que tu venais de supporter… N’était-ce pas de ta faute ? Tu aurais pu te débattre plus non ? Mais… Tu lui avais demandé de s’arrêter. Tu penses vraiment que de telles paroles ont un impact sur lui ? Non. Ne prends pas ton cas pour une généralité. Ce ne sont que des mots, seul les actes comptent. Toutefois, même en te débattant plus, tu n’aurais sans doute pas réussi à te défaire de lui. Ah que non… Une fois bloqué, il est si facile de te dicter ta conduite…

Et puis, qu’est-ce que toi, jeune femme frêle, peut faire contre un détenu puissant, sachant combattre alors que tu ne sais que battre des bras sans coordination ? Entre ses mains, tu n’es qu’une de ses poupées, une de ses marionnettes qu’il manipule à sa guise, et pour son propre divertissement. Il continuera ainsi jusqu’à ce que tu le lasses où que tu sois brisée… Comme toutes les précédentes.

Ton regard se perd dans le vide, ne fixant rien de précis. Ton corps devint presque inerte, semblant accepté son triste sort. Cependant, quelque chose te fait revenir à toi. Son rire de fou ? Non, il semblait déjà emplir tes oreilles depuis déjà un long moment. Tu lâches un son étranglé alors que ses doigts se referment et resserrent de nouveau ton cou. Tu ouvres grand la bouche tentant de trouver un air qui refusait d’entrer dans tes poumons. Incapable de bouger les bras, toujours entravés par la poigne de Nathaniel, tu bouges ton bassin et bats des jambes dans l’espoir vain de le faire lâcher. Le sursaut du désespoir n’est-ce pas ? C’est comme ça que l’on pourrait appeler cette soudaine rébellion alors que tu tentes de frapper son dos de tes talons.

- Arr… Ugh. Arrêtez… Je… agl… Supplie… No- ! hunn… Stop ! arg… non…

Tu avais essayé d’élever la voix pour lui demander d’arrêter alors que tu le sens accélérer le rythme, amplifiant ses mouvements et semblant venir encore plus profondément en toi. Non ! Il n’allait quand même pas … ?! Tu repousses ta tête en arrière cherchant de l’oxygène alors que la pression de ses doigts s’accentuait encore plus. De nouvelles larmes, douloureuses ruisselèrent sur tes joues alors que tu tentes de te débattre à l’aide de tes jambes.

Tu allais mourir… Non, tu ne le voulais pas ! Toutefois, tu te crispes et te figes alors que tu entendant ton grognement rauque. Et pas uniquement à cause de ça… Non… Tu sentais un nouveau liquide chaud au creux de tes reins. Et ce n’était pas ton sang. Tu écarquilles les yeux alors qu’il s’allonge limite sur toi, enfouissant de nouveau son visage dans ton cou. Son souffle chaud contre ta peau, son corps sur le tien… Tu ne veux rien de ce contact… Mais tu n’es plus en état de faire quoi que ce soit pour le moment. Ainsi, tu le laisses, dans la plus grande indifférence en apparence t’embrasser alors qu’il te chuchote ces mots.

Sa main sur ta nuque t’empêche de dire quoi que ce soit… Mais qu’aurais-tu pu dire ? Rien ne te venait à l’esprit. Hormis la honte, la souffrance et le désespoir….
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 79
Date d'inscription : 29/10/2014

Carte d'identité
Groupe: Détenus
N° de Cellule :: E#010

MessageSujet: Re: Prendre ses marques [Trash] [Nathaniel~] Mar 30 Aoû - 5:43


Prendre ses marques

Feat Elisa





Je me relevais sur les coudes, sourire en coin, l'épiant. Elle était si belle, même avec ce sang aussi commissures de ses lèvres... Et puis ses larmes... Elles coulaient de nouveau, j'adorai, je le regardais donc avec toujours mon sourire et lui chuchotais alors :

Tu es tellement belle quand tu pleures.

Je lui caressais le visage essuyant ses larmes du doigts que je portais à ma bouche pour les gouter. Exquis, tout simplement.... Je me décidais enfin à me retirer avec un soupir « pas assez ». Je me relevais alors, à califourchon sur elle.

Je regardais le scalpel puis son corps. Où pourrai-je bien recommencer à la couper ? Je fis la moue et regardais alors ses seins. Mon regard s'illumina de joie, comme un enfant qui découvre ses jouets à noel.

Je la regardais de nouveau et lui fis un petit clin d'oeil avant d'approcher la lame lentement vers son sein gauche. Bien lentement pour qu'elle ne loupe rien de ce magnifique spectacle dont elle était l'héroïne...

Je tranchais alors une première fois, Une entaille très peu profonde puis d'autres se sont rajoutées. Une dizaine peut être... Plus ou moins profonde... Je me relevais ensuite. Rangeant le scalpel dans ma poche.

Je la pris par les cheveux sans tact aucun et m'asseyais à sa place pour qu'elle arrive au niveau de mon bas ventre, je voulais qu'elle fasse une dernière chose pour moi. Je voulais voir si elle était vraiment digne d'être ma proie Mais... Je ne sais pas pourquoi, j'en étais sûr !

Suce moi... Et comme il le faut, pas d'entourloupe ou je te tranche la gorge...


Codage par Amétrine sur Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 13
Date d'inscription : 24/08/2016
Age : 29
Localisation : Alvena, à l'infirmerie

Carte d'identité
Groupe: Personnel
N° de Cellule :: /

MessageSujet: Re: Prendre ses marques [Trash] [Nathaniel~] Mar 30 Aoû - 9:38

▲▼ Prendre ses marques.Tu gardes la tête tournée, ta joue entrant en contact avec le métal froid de la table. Mais sa dureté et sa fraîcheur, tu ne les ressens presque pas. Ta douleur ? Bien moins aussi. Ton esprit semble s’être détaché de ton corps pour ne plus subir les assauts incessants de la douleur sous le commandement de ce détenu sadique à souhait. Cependant, ton supplice semblait enfin d’être terminé. Enfin… Ne plus rien ressentir… Comme cela était reposant.

Ton regard se perd dans le fond de la pièce semblant scruter la porte d’entrée. Bizarrement, ton impression change. Tu ne veux pas que quelqu’un vienne… Tu ne le veux plus. Tu ne veux pas que quelqu’un te voir dans cette position si avilissante. Que quelqu’un d’autre t’aperçoit puisse connaître cette histoire si humiliante. Tu espérais que tout cela ne s’ébruite pas… Ta crédibilité en prendrait un coup et qu’est-ce qui empêcherait les autres de t’en parler si librement te faisant du chantage ? Non aussi étrange que celui puisse paraître, tu ne voulais que personnes d’autres ne viennent.

Le corps lourd de Nathaniel se détache enfin du tien alors qu’il se met déjà sur ses coudes. Ton visage toujours tourné, tu sens simplement sa main sur ta joue, essuyant tes larmes et te provoquant par la même occasion un frisson de dégoût. Mais tu n’as plus la force de t’en détourner. Pour quoi faire de toute façon ? Il te rattraperait toujours… Il avait déjà fait de toi sa marionnette, qu’est-ce qui l’empêcherait de continuer ?

Tu le sens enfin se relever complètement, se retirant avant de mettre à califourchon sur toi, te maintenant à l’aide de ses cuisses puissante. Tu lâches un geignement de douleur alors que tu le sens effleurer tes blessures basses. Tu le sens qu’il t’observe et sa main sur ta gorge se relâche progressivement te permettant à nouveau de respirer. Une nouvelle brûlure semble enflammer ton larynx.

Tu pousses un soupir de soulagement, alors qu’il l’enlève complètement. C’est fini… Ça y est… Ah lala… Naïveté quand tu nous tiens. Non, c’est simplement un entracte dans le spectacle qu’il organise. Passons à l’Acte II. Tu ne le vois pas prendre à nouveau de scalpel, trop occupé à te « réjouir » de cette fin. Cependant, une nouvelle douleur, vive, te fait revenir à toi, te faisant comprendre que l’on reprenait la pièce. Une longue entaille te tranche au niveau de ton sein gauche, place du cœur. Tu retiens un hoquet de surprise reportant ton attention sur lui.

Tu croises son regard… Le sien semble être celui d’un enfant devant ses nouveaux jouets. En l’occurrence, toi. Alors que le tien ne reflète que la peur. Rapidement, de nouvelles éraflures te coupent la poitrine, plus ou moins profonde selon le bon vouloir de ce détenu. Tu tentes de lui échapper, mais tu ne rencontres que la table dure dans ton dos. Quelques larmes perlent à tes yeux, alors que tu te mords la lèvre, déjà meurtrie pour ne rien exprimer, pour tenter de ne pas gémir… Pour ne pas l’encourager en quelque sorte…

Soudain, il se stoppe dans son activité… Tu sens ton sang couler sur tes flancs, alors que chacune de tes respirations t’arrache un soupir de douleur, ravivant tes blessures. Il s’enlève alors de toi, mettant pied à terre… Mais non sans t’emmener avec lui. Sa poigne se referme dans tes chevaux alors qu’il tire dessus, te faisant tomber de ton support. Tes jambes amortissent ta chute, réouvrant au passage les entailles dans ton intimité. Tu es à genou à terre, incapable de bouger alors qu’il te traîne sur le sol.

Tu te retrouves au niveau de ton bureau, accroupi devant lui, lui qui est assis, nu, sur la chaise de ton bureau comme un roi sur son trône. Il te redresse légèrement, te faisant arriver à son entrejambe, souillé de divers fluides… Tu savais ce qu’il allait te demander et tu secouais légèrement la tête alors qu’il te donne cet ordre… Tu restes un moment immobile, alors qu’il te rapproche de lui, d’un geste impatient. Tu soupires, résignée, posant tes mains sur l’intérieur de ses cuisses. Cependant avant de commencer, tu parles d’une voix éraillée.

-Tout… Tout ça… Restera entre nous non ? Je vous en supplie, ne le dites à personne ! Je… Je ne veux que personne ne connaisse ceci…

Sans réellement attendre de réponse, tu commences à lécher sa virilité sur toute sa longueur de plusieurs coups de langue. Cependant, tu le sens s’impatienter et pour éviter de subir à nouveau sa fureur, tu fermes les yeux et prends une partie de son membre en bouche, faisant de petit va et vient, enroulant ta langue autour de lui, priant silencieusement que cela le satisfera et que personne ne rentre dans la pièce… Pour tenter de l’amadouer (?) pour sans doute ne plus qu’il te fasse mal, ce que tu en doute au final, tu prends la base de son sexe dans ta main, accompagnant le mouvement de ta tête…
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 79
Date d'inscription : 29/10/2014

Carte d'identité
Groupe: Détenus
N° de Cellule :: E#010

MessageSujet: Re: Prendre ses marques [Trash] [Nathaniel~] Mer 31 Aoû - 3:30


Prendre ses marques

Feat Elisa






-Tout… Tout ça… Restera entre nous non ? Je vous en supplie, ne le dites à personne ! Je… Je ne veux que personne ne connaisse ceci…

A ses mots je ricanais. Bien sûr que je ne le dirai pas pas, c'était MA poupée après tout ce que je manquais pas de lui alors qu'elle commençais à mettre mon sexe dans sa bouche, commençant des ma et vient puis sa main commençais à bouger à la base de mon sexe.

Cela faisait un bien fou !

Hmmm c... Continue... C'est parfait...

Je me mis ensuite sur les coudes, penchant la tête en arrière un petit filet de bave coulant à la commissure de mes lèvres. J'aimais tellement ça... Bien que la torture m'excitait beaucoup plus. Mais le viol et la torture était deux choses bien différents...

Mais alors qu'elle me faisait ma fellation je commençais à m'impatienter. Je grognais et la pris par les cheveux violemment pour lui faire avaler mon sexe en entier. Je me mis ensuite à rire  alors que je la dirigeais jusqu'à ce que je me lasse.

C'est très bien ma poupée

Sur ces mots je lui caressais la tête, tendrement. Presque rempli... D'amour ? Non détrompez vous je n'étais pas amoureux je n'étais jamais tombé amoureux. Les femmes n'étaient que des proies pour moi. Mais elle... Elle était différente.

Peut être parce que je savais que je ne pourrai pas la tuer, parce qu'elle me craindrait à chaque fois. Qu'elle se rappelle de cette fameuse visite médicale qui avait au cauchemar pour moi mais au rêve pour moi.

Je ne pesais pas que j'allais passer un si bon moment. Malheureusement avec la psy je n'avais pu aller plus loin, sa fermeté, son caractère était bien plus fort que elisa, cela m'avait surpris au premier abord mais j'avais appris à faire avec... Je ne l'aurai pas voilà tout.. Mais j'avais trouvé bien mieux...


Codage par Amétrine sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Prendre ses marques [Trash] [Nathaniel~]

Revenir en haut Aller en bas

Prendre ses marques [Trash] [Nathaniel~]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Présentation de Nathaniel Mandrake[en construction]
» Prendre furtivement sa main, Oublier un peu les copains...
» Nathaniel Ourobor [ACCEPTE] ~> Serpentard
» Le temps de prendre ses ailes
» Viens prendre ta claque !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alvena :: 
La Prison
 :: Aile centrale :: Infirmerie
-