Tu comprends enfin ce que tu viens faire là. Oui coco, tu as été arrêté. Tu es méchant et tu es considéré comme un fou par la plupart des « gens du dehors » comme on les appelle ici. Mais ne t’inquiète pas. Méchant ? On l’est tous ici ! Fou ? Hum, je pourrais te dire pareil mais certain tenteront de te persuader qu’ils ont un mental sain… Bienvenue à Alvena mon mignon ! Je suis Monsieur le Directeur et je t’interdis de m’appeler autrement. Je suis le maître dans cette prison, et je me dois de t’informer de certaines choses. Ici ne sont enfermésque des hommes. Les motifs de leur présence sont divers et variés mais pas leur sexe. Même si la plupart des membres du personnel sont des femmes, attends toi à ne prendre la douche qu’avec des réservoirs de testostérone ! Bon je t’avoue qu’on est au XXIeme siècle, la loi sur l’homosexualité est passée,ça devrait t’éclairer sur l’orientation sexuelle de la plupart des détenus…

Partagez|

Tronche de cake aux olives noires (pv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 11
Date d'inscription : 19/03/2015

Carte d'identité
Groupe: Détenus
N° de Cellule ::

MessageSujet: Tronche de cake aux olives noires (pv) Ven 27 Mar - 12:02

Je suis dans une cage à oiseaux...une p*** de cage à oiseaux. Mais des oiseaux pouilleux, crasseux. Pas des beaux phoenix. Non pas que ça me dérange...c'qui me dérange c'est que j'suis pas bien. Depuis ma garde à vue et mon procès on m'a enlevé la femme de ma vie et elle me manque. Elle me manque tellement que j'en ai envie de gerber. Faut que je retrouve ma femme, l'étoile de ma vie, ma précieuse, ma nymphe. Si je la retrouve pas j'vais être faible, une vrai bouse. Ici si t'es faible tu survis pas, tu te fais baiser dans tous les sens du terme. Avec ma précieuse je serais fort, un vrai roc. Pourra rien m'arriver. Je DOIS la trouve, il le faut c'est une question de vie ou de mort.

Inspirer...expirer. Y a foule d'oiseaux ici. Faut juste repérer lequel pourra me fournir. Dans la vie, les trois quarts des gens pensent que je suis fou mais en vrai je sais observer. Et le meilleur endroit pour observer des oiseaux c'est quand ils sont entrain de bouffer. Ils font pas trop attention à moi...pour le moment. C'est là qu'on voit tout l'enjeu. Entre le moineau qui se fait bouffer par le gros merle qui vient lui prendre sa part, le piou piou tout seul et ceux en groupe. Vraiment très intéressant. Tu vois les dominants et les faibles. Pu** de merde. Plutôt crever que de faire parti de la catégorie des faibles. Je vais péter un plomb. Et d'ou il me regarde lui ? Il veut ma photo ?

Quand je commence à me vénère c'est pas bon pour mes nerfs. Je finis par faire comme tout le monde, prendre le plateau avec la ration de .. aucune idée de ce que c'est. Je m'en fous j'ai jamais mangé gastronomique. Et je me suis posé sèchement en face du gars avec un regard noir. Là comme ça il peut mater si il veut. L'a pas l'air d'être l'oiseau le plus intéressant dans la pièce, je suis navré pour lui mais bon c'est la vérité.


« Ecoute moi bien mon mignon. Je vais être gentil. Je te file mon assiette en échange t'me dis qui à qui je p'm'adresser pour me fournir des trucs incognito. »

Donnant donnant comme on dit. C'est ma philosophie. Rien n'est gratuit, je donne un truc on me donne autre chose en échange. Ça marche comme ça chez moi qu'on soit en prison ou pas ça va pas changer. Et je trouve que c'est plutôt un bon deal de filer mon assiette mon dessert ou je ne sais quoi. Par contre si il me refuse je lui écrase sa gueule dans la purée. L'a le droit de négocier mais pas de refuser. De toute façon j'ai pas faim. Je l'ai dis j'envie de vomir, si je suis pas en forme pour négocier ma future femme ça va pas le faire. Et ma forme....je dirais que sur une barre de vie là elle est au milieu, faudrait pas qu'elle passe dans le rouge. Tant que la barre l'est dans le vert ça va mais dans le rouge..... c'est une autre histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 304
Date d'inscription : 06/07/2014
Age : 28

Carte d'identité
Groupe: Détenus
N° de Cellule :: E#006

MessageSujet: Re: Tronche de cake aux olives noires (pv) Ven 27 Mar - 21:25

Louka ne s'était pas levé du bon pied, ce matin. Oh, pour les gardiens, ça signifiait juste une tendance à provoquer plus de catastrophes... Mais pour les autres prisonniers, ça signifiait "Sauve qui peut". Mieux valait éviter de croiser sa route, surtout s'il avait une lame dans les mains. La rumeur sur sa dangerosité avec une lame dans les mains avait été vérifiée plus d'une fois. Et lorsqu'il était d'une humeur massacrante, il avait tendance à jouer plus facilement de ce "talent"...

Encore une journée agaçante qui allait se dérouler... Le repas du midi vint finalement et, au lieu de rejoindre le groupe, il choisit de s'isoler un peu. Personne ne vint réclamer sa présence, ils avaient tous compris. Il jeta un œil à son assiette et son humeur se dégrada un peu plus. Des carottes... Il détestait ça. Ca lui donnait envie de vomir. Retenant un soupir agacé, il décida de regarder autour de lui, son regard trahissant son humeur. Son attention fut captée par un visage peu familier. Tiens, une nouvelle tête ici? Ca ne suffisait même pas à améliorer un chouia son humeur. Et alors qu'il songea à s'en aller, il fut tiré rudement de sa réflexion en voyant l'autre inconscient se poser face à lui. Qu'est-ce qu'il lui voulait?


« Ecoute moi bien mon mignon. Je vais être gentil. Je te file mon assiette en échange t'me dis qui à qui je p'm'adresser pour me fournir des trucs incognito. »

En temps normal, il aurait ri au nez de l'autre. Est-ce qu'il avait la tête de quelqu'un qui savait où se procurer toutes sortes de choses? Bon, évidemment, il savait, mais il devait jouer la folie pour s'en tirer. Il sentait des regards posés sur lui et n'avait pas besoin d'entendre pour deviner ce qui se murmurait. "Inconscient", "Fou", "Suicidaire" et autres petites phrases du style... Ne jamais venir lui chercher des noises quand son humeur était exécrable, comme c'était le cas actuellement. Il décida de ne pas prêter attention aux regards portés vers lui mais plutôt de se concentrer sur l'illuminé en face de lui.

"Est-ce que j'ai la tronche du genre de type qui plonge pour trafic de drogues, ou qui sait comment s'en procurer?"

Un ton cassant, froid, qui reflétait bien sa mauvaise humeur.

"Tente de voir avec eux là-bas. Moi je m'en approche pas."

Un geste de la main en direction de la tablée des russes accompagna sa phrase. Ces types savaient tout avoir, mais Louka ne les supportait pas. De même qu'eux ne l'aimaient pas.

"Ah et garde ton assiette. Si j'avale une bouchée de ce qu'ils nous ont servi, j'crois que j'risque de créer une pagaille monstre."

Et encore, il était gentil dans ses propos. Car la vérité était qu'il aurait isolé un de ces russes pour lui ouvrir le ventre et le regarder crever en léchant la lame qui aurait été teintée de rouge... Rouge comme ses yeux, rouge comme le sang.

_________________

Take a look~:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 11
Date d'inscription : 19/03/2015

Carte d'identité
Groupe: Détenus
N° de Cellule ::

MessageSujet: Re: Tronche de cake aux olives noires (pv) Ven 27 Mar - 22:15

Je trouve que j'avais particulièrement bien choisi ma table. Franchement j'aurais eu ma chéri j'aurais bien rigolé. Mais vraiment...j'aimais beaucoup me foutre de la gueule des gens et peu importait les conséquences. Alors que l'autre tronche de cake me demande si il avait une tête à savoir ou se procurer des trucs....la réponse était oui. Je faillis le lui sortir avec un grand sourire narquois qui fait toujours enrager. Les gens détestaient qu'on se foute de leur gueule. Etrange..non ? Personnellement moi je m'en foutais de tout. Fou suicidiaire ou autre...pouah. J'avais juste rien à balancer de rien. De toute façon.... dans ma vie qu'est ce que j'avais à perdre ? Hormis ma précieuse mais en l'occurence je l'avais perdu... sans elle j'avais rien à perdre, avec elle j'étais donc...fort et vulnérable. Fort parce que je me sentais puissant comme un dieu, vulnérable parce que je tenais à elle. J'aurais tout fait pour elle, tout ! Même bouffer de la merde j'en serais cap ! Enfin bref je répondis rien me contentant de le regarder et d'attendre la suite....y a toujours une suite. Ma tête affichait surement clairement mes pensées mais bon...

Des put** de russes. Ouais...Sale tronche dans le genre. Est ce que j'avais envie de leur causer ? J'avais aucune origine russe. Ça m'aurait aidé. Entraide entre des immigrés. L'accent russe.... non j'avais pas vraiment le profil. Pas vraiment le choix si vraiment ils pouvaient m'avoir ma chéri.....faudrait....affronter ce merdier. Putain quand je serais enfin avec ma femme alors là...la situation changera et je serais pas au fin de ma vie. Parce que là c'était le cas j'étais au bout dema vie, au bout du bout. J'hochais légèrement la tête et fixait le gars. Pour quelqu'un qui ne savait rien...finalement il savait des choses non ?

« Fait pas ta chochotte s'tu v'en veux pas je me sers. »

Et sans gène...ah oui parce que je m'en fous et je suis sans gène...ça va de paire – donc sans gène je prie son assiette du plateau pour la foutre sur le mien. Moi le repas j'allais le gober puis le gerber surement après. Qui sait ? De toute façon j'étais bon pour avoir de bonne crises de manque et finir à l'infirmerie.....infirmerie. Oh mais oui bordel de m*** pourquoi je n'y avais pas pensé plutôt ? Je fixais mon assiette avec un méga sourire. Petites carottes...petites petites petites. Quoi de mieux que de se rendre malade pour finir la bas et avoir des médocs. Une demi femme c'toujours mieux que rien.

« Je sens que je vais retrouver ma fiancée.... bon appétit ! »

L'art de parler à sois même je me forçais à gober les deux assiettes d'un coup, comme ça. Même pas prendre le temps d'avoir une bouchée correct, non en mettre le maxium. Sentir ma gorge se serrer parce qu'elle e avait pas envie, j'en avais pas envie mais j'enfournais le tout dans ma bouche je me forçais à avaler et sentir ce truc dégueulasse rejoindre mon estomac. Degueu...c'le mot. Mais je continuais jusqu'à vider l'assiette. Je finis la bas....j'invente des maux, je demande de la morphine, je vole de la morphine je tue l'infirmier je pars avec le contenu de l'infirmerie je... je cogitais ouais et pas qu'un peu. Ça me remontait un peu le moral....presque l'envie de taquiner et de faire chier.

« Pet pas la tête pour plonger pour trafic de drogue ouais.... mais j'dirais pour..... avoir donné des bonbons à la sortie de l'école. »

Ou la méchante insulte. Bien sur que je sais que les pédophiles en prison..... c'est surement pa sle meilleur endroit pour eux sur terre. Il avait une sale tronche j'y pouvais rien puis il bouffait tout seul et en plus.... y a des gens qui le..nous...non le regardait. Peu importe, mon côté chieur. A voir ce que la provocation va donner. J'étalais mes jambes devant comme si j'étais sur un transat et je mis mes mains derrière la tête en souriant. Inconscient....peut être. Mais j'étais ailleurs, j'étais avec ma femme que j'allais retrouver pis c'tout !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 304
Date d'inscription : 06/07/2014
Age : 28

Carte d'identité
Groupe: Détenus
N° de Cellule :: E#006

MessageSujet: Re: Tronche de cake aux olives noires (pv) Sam 28 Mar - 8:27

Il haïssait les russes. Il les détestait autant que les carottes, et autant qu'on lui cherche des noises lorsqu'il s'était levé du pied gauche. Donc autant dire que l'autre illuminé en face de lui commençait à lui taper sérieusement sur les nerfs. Il valait mieux qu'il se tire direct pour aller parler aux russes, avant que le peu de patience qu'il avait aujourd'hui ne vole en éclats. Surtout qu'il avait une lame avec lui, donc assurément, mieux valait qu'il s'en aille.

« Fait pas ta chochotte s'tu v'en veux pas je me sers. »

Qu'il se serve et qu'il se tire! Il le regarda faire, indifférent au fait qu'il lui prenne son assiette. De toute façon, il trouverait bien autre chose à manger. Quitte à devoir aller fouiner dans la cuisine une fois tout le monde parti... Ce n'était ni la première, ni la dernière fois qu'il faisait ça. Ca ne changerait pas grand chose...

« Je sens que je vais retrouver ma fiancée.... bon appétit ! »

Il décida de l'ignorer, si ça pouvait l'aider à se calmer un peu... Il fallait qu'il pense à n'importe quoi d'autre. N'importe quoi pouvant l'aider à se calmer. Soupirant faiblement, il décida de boire une gorgée d'eau, ça l'aiderait possiblement à éviter de péter un plomb...

« Pet pas la tête pour plonger pour trafic de drogue ouais.... mais j'dirais pour..... avoir donné des bonbons à la sortie de l'école. »

Il faillit s'étouffer avec sa gorgée d'eau. Lui, pédophile?! C'était presque aussi insultant que de dire que son homosexualité était une maladie, une tare!! Après avoir retrouvé une respiration normale - ou plutôt après avoir manqué de se noyer tout seul - il fusilla du regard l'autre illuminé. Qui se croyait visiblement sur un transat, au soleil... S'il pouvait donner à ce corps la même teinte rouge qu'à ses yeux, sans qu'aucun gardien n'intervienne... Mais non, il y en avait encore. Et il devinait aisément la terreur de certains détenus face à son humeur encore plus exécrable. Il glissa une main dans sa poche, effleurant la lame du bout des doigts. Cette présence le rassurait un peu, mais elle ne l'empêcherait pas de cracher son venin. Eyes like blood, words like poison.

"Tu t'es regardé, avant de dire ça?! Je suis sûr que c'est ce pourquoi toi, tu es ici!"

Oui, il cherchait un peu. Mais bon, l'autre l'avait amplement mérité. S'il continuait ainsi, il lui dirait. Les meurtres, la torture... Le plaisir à regarder tout ce rouge... et à en sentir le goût.

_________________

Take a look~:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 11
Date d'inscription : 19/03/2015

Carte d'identité
Groupe: Détenus
N° de Cellule ::

MessageSujet: Re: Tronche de cake aux olives noires (pv) Lun 30 Mar - 19:26

Ce fut très amusant de voir la réaction de l'autre. Ma petite provocation fonctionnait bien. J'cru qu'il allait s'étouffer dans son verre d'eau. Franchement j'aurais bien ris et on aurait pas pu m'accuser si il s'était étouffé tout seul vu que je le touchais pas. Une manière de le tester.... franchement j'avais bien choisi ma table. Ce mec c'était vraiment une lopette inoffensive. J'haussais un sourcil en le fixant l'air de dire ''ouaaaah vachement impressionnant''. Ironie quand tu nous tiens. Pt'ain je sentais que j'allais pas me faire chier ici. Une fois que j'aurais trouvé ma femme ça serait le bonheur sublime, emmerder tous ces gueux. J'aimais beaucoup emmerder les gens c'était plus fort que moi, comme une seconde nature. Ça n'avait rien de méchant c'était..comme ça voilà tout. J'y pouvais rien si certain étaient susceptible et le prenaient mal. Franchement y a pire dans le monde que de se faire insulter non ? Y a pas de quoi prendre la mouche directe.

« Allez tu peux mieux faire chéri que de me renvoyer ma propre insulte non ? »

Il pensait vraiment me vexer en insinuant que c'était moi le pédophile ? Sérieusement ? C'était vraiment bas. Le mec était même pas capable de trouver sa propre insulte. Pitoyable. Il devait pas faire peur à grand monde celui là. De toute façon ouais j'avais vu ma tête et je sais que j'avais une belle gueule. Pas comme le gars en face.... l'avait un côté flippant tout en faisant pitié. Etrange mélange. C'était son apparence, fin sa tronche quoi. Je l'observais attentivement une demi seconde en me grattant le menton, barbe de quelques jours. Bon tiens...ça me faisait penser que j'allais avoir besoin de truc en plus de ma femme. Mais bon priorité avant tout trouver ma précieuse et...les russes ? Mhhh....

« C'bien joué d'avoir voulu m'envoyer vers les russes mais j'suis pas con au point d'aborder des types qui sont pas mes frères. »

C'pas aujourd'hui que je me ferais démonter. Nouveau peut être, suicidaire peut être mais pas débile...quoi qu'on en dise, j'avais une haute estime de moi même. Je reniflais bruyamment et me levais en prenant mon plateau. Bon c'était l'heure d'aller gerber tout ça à l'infirmerie et choper des médocs, cette solution me paraissait quand même moins craignons que les russes. Franchement il méritait l'insulte que je lui avais balancé pour avoir tenté de m'envoyer droit vers la morgue. Navré pour lui ça n'avait pas fonctionné. J'suis un p*** de warrior moi. Et je voulais garder ma belle gueule encore quelques jours si possible.

« Allez tchao le gueux et merci pour les carottes, sans rancune einh ? »

Ouais sans rancune, il allait gentiment digérer l'insulte et être mignon comme un agneau. Brave petite chose. Sur que si il entendait mes pensées ça le ferait bouillonner, quoi que...si ça se trouve il bouillonnait déjà intérieurement qui sait ? J'tais pas dans sa tête au petit monsieur. Et à vrai dire je m'en fiche un peu de ce qu'il peut penser ou ressentir c'pas mon problème.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 304
Date d'inscription : 06/07/2014
Age : 28

Carte d'identité
Groupe: Détenus
N° de Cellule :: E#006

MessageSujet: Re: Tronche de cake aux olives noires (pv) Lun 30 Mar - 21:09

Quand il était dans un jour normal, il aurait ri au nez de n'importe qui ayant tenté de l'agacer. Sauf si cette personne avait appuyé sur le sujet délicat de son homosexualité, ça lui rappelait trop son père. Mais là, il était de bien trop mauvaise humeur pour laisser passer quoi que ce soit. Et ce type avait intérêt à éviter de trop le chercher, sous peine de terminer dans une flaque de sang au détour d'un couloir. Quoi que les gens pensent, il était plus intelligent qu'il ne le montrait, et il simulait la folie pour garder la vie sauve.

« Allez tu peux mieux faire chéri que de me renvoyer ma propre insulte non ? »

En temps normal, il serait parti d'un franc éclat de rire, tout en simulant le fou. Mais qui disait qu'il ne l'était pas en partie? Sauf que là, il voulait juste bondir et lui faire "recracher" son repas par l'estomac. Visiblement, son idée devait être visible dans son attitude, au vu de l'attitude de certains détenus qui tentaient de disparaître vainement.

« C'bien joué d'avoir voulu m'envoyer vers les russes mais j'suis pas con au point d'aborder des types qui sont pas mes frères. »

Il eut envie de lui faire ravaler son sourire. Pas con à ce point? Alors qu'est-ce qu'il venait de faire, à l'instant? Pour une fois où il envoyait quelqu'un aller voir ailleurs sans mauvaise pensée. S'il avait vraiment eu une mauvaise intention, il l'aurait envoyé vers son "chef".

« Allez tchao le gueux et merci pour les carottes, sans rancune einh ? »

Sans rancune? Sa main se resserra sur la lame, sentant la morsure glacée du métal commencer à lui entailler les doigts. Un bref regard vers l'un de ses "compagnons" lui indiqua qu'il n'y avait plus de surveillant. La partie venait de prendre un autre tournant.

"Si tu me connaissais, tu saurais que si j'voulais t'expédier ad patres, je m'y serais pas pris en t'expédiant vers les russes. Les russes aiment bien ceux que je ne supporte pas..."

Et c'était la vérité. Un sourire mauvais orna ses lèvres, tandis que la lame s'enfonçait un peu plus dans ses doigts sous la pression exercée.

"Et tu devrais éviter de m'avoir à la mauvaise... Je peux t'attirer des emmerdes que tu n'imagines pas, comme par exemple faire en sorte que t'obtiennes jamais ce que tu cherches. Bien que, vu l'état en gruyère de ton cerveau, j'doute que tu saches réfléchir..."

Approche, approche. Tente de me frapper pour que la lame s'enfonce en toi.

"Il paraît que j'suis fou, qui sait si c'est vrai...~"

Un ton joyeux, ne collant pas du tout avec le sourire malsain qui persistait sur ses lèvres. Il gardait sa main serrée sur la lame, attendant une réaction.

_________________

Take a look~:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 11
Date d'inscription : 19/03/2015

Carte d'identité
Groupe: Détenus
N° de Cellule ::

MessageSujet: Re: Tronche de cake aux olives noires (pv) Lun 30 Mar - 21:35

Tiens le poussin commençait à s'exciter ? Est ce que finalement j'aurais touché un point sensible tout à l'heure ? Je m'en moquais bien. Je le regardais sans une once de réaction. Normale je m'en foutais royalement, je m'en battais les steacks de ce qu'il pouvait raconter. Quelle réaction j'aurais du avoir ? Surprise ? Colère ? Amusement ? Euuh.... je ne sais pas. Ce que je sais c'est que si ce qu'il dit c'vrai...j'ai intérêt à continuer de me faire détester comme ça les russes me fourniront ma précieuse c'ça ? Je restais silencieux un moment....tendance à s'égarer dans mon cerveau de gruyère comme il l'appelait. Sur ce point il visait juste le petit...j'avais pas un grand cerveau et j'en étais conscient. Si j'étais un philosophe je me comparerais à Socrate conscient des limites de l'être humain. Mais mes études s'arrêtaient au lycée et encore.... j'avais pas de grande notion de ces trucs, pas grande culture. Je connaissais de la vie...que les milieux dure alors la prison franchement...ça me dépaysageait pas spécialement. Pas besoin d'avoir un grand cerveau pour finir ici. Finalement j’eus un fin sourire en le regardant.

« Je trouve que tu parles beaucoup.... c'pet qu'on est aussi fou l'un que l'autre. Reste à savoir si deux fous peuvent s'entendre ou si au contraire tu vas...voyons voir..... »

Je le regardais de haut en bas, jugeant de sa taille, ses muscles....mais peut être qu'il n'était pas si seul que ça le petit. Ce qui me paraissait bizarre parce qu'il mangeait seul en tout cas. Je sais que y a un proverbe qui dit que faut se méfier des apparences. La folie...je la connaissais bien la folie. Les gens avaient peur de la folie, autant que d'un gros caïd. Ça expliquait qu'il soit seul. Moi ça me faisait pas peur, rien ne me faisait peur pas même la mort. Peut être même que ça m'arrangeait. Mais il paraît que la grand faucheuse veut pas de moi, pas tout de suite. Je le sais c'est les étoiles qui me l'ont dit. J'ai essayé mainte fois de les rejoindre j'ai jamais réussi. La vie pourtant....elle doit être mieux là haut avec les étoiles qu'en bas sur terre. Les étoiles sont mes amies, ici j'en ai pas.

« Allez vas y frappe moi montre moi ce que tu sais faire. Je me défendrais même pas t'es chanceux. C'pas le trou que je vise. »

Aucune envie de finir au trou dès le premier jour par contre l'infirmerie oui. Si ça pouvait l'aider à se défouler je ferais une bonne action. Quoi de mieux que de faire une bonne action qui me rendrait en plus service ? Honnêtement...tout le monde y était gagnant. Allez putain vas y...je sais que t'en as envie, je sais que je t'ai énervé microbe. Y avait moyen de faire de la télépathie là ? Je pouvais le provoquer encore plus mais pour l'instant je restais juste là à l'observer l'air de dire... alors quoi ? Moi les menaces ça me faisait pas peur. Je croyais en ma bonne étoile. J'avais toujours su m'en sortir pour tout. Tellement bonne étoile que j'étais toujours vivant parfois pour mon plus grand malheurs alors bon...si elle me lachait maintenant c'pet que le moment sera venu tout simplement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 304
Date d'inscription : 06/07/2014
Age : 28

Carte d'identité
Groupe: Détenus
N° de Cellule :: E#006

MessageSujet: Re: Tronche de cake aux olives noires (pv) Mar 31 Mar - 21:51

« Je trouve que tu parles beaucoup.... c'pet qu'on est aussi fou l'un que l'autre. Reste à savoir si deux fous peuvent s'entendre ou si au contraire tu vas...voyons voir..... »

S'il allait quoi? Jouer les gentils et lui refiler sa came? Il n'était pas un trafiquant. Il ne bougea pas d'un iota lorsque l'autre illuminé l'observa, attendant patiemment qu'il daigne faire un pas vers lui. Qu'il approche, de pas grand chose. Même un simple pas. Tout serait perçu comme invitation. Ses doigts devaient à présent avoir pris une teinte rouge au bout, mais il s'en fichait. Tout ce qui importait, c'était que bientôt, très bientôt, il allait pouvoir teinter le sol de rouge.

« Allez vas y frappe moi montre moi ce que tu sais faire. Je me défendrais même pas t'es chanceux. C'pas le trou que je vise. »

Il visait l'infirmerie? Pauvre imbécile. Il n'allait pas pouvoir avoir ce qu'il voulait, avec ce que Louka comptait lui faire... A peine arrivé, déjà reparti, mais pas dans la bonne direction. Il s'approcha de lui d'un pas lent, sa main se refermant sur le manche de la lame. Il ne comptait absolument pas se défendre, c'était bien ce qu'il avait dit? Ce même sourire mauvais qui restait sur ses lèvres, s'il était télépathe, il lui aurait fait voir toutes ses idées... Une fois assez près, il sortit la lame et la planta dans l'épaule de l'illuminé. Il la retira aussi sec, le regardant avec ce même sourire, léchant la lame qui s'était couverte de sang. Voilà ce pourquoi on le craignait réellement. Pas son semblant de folie.

"T'es certain que tu veux encore continuer à me chercher? Le prochain coup, j'te signale, t'pourras plus avaler quoi que ce soit avant longtemps...~"

_________________

Take a look~:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 11
Date d'inscription : 19/03/2015

Carte d'identité
Groupe: Détenus
N° de Cellule ::

MessageSujet: Re: Tronche de cake aux olives noires (pv) Mar 31 Mar - 22:38

Ah mais monsieur avait un couteau, monsieur faisait le beau. Monsieur était malin à jouer tout seul dans son coin einh ? J'accusais le coup...putaaain l'enfoiré de sa *** . Non mais d'ou il visait l'épaule ? Tout le monde sait qu'on vise le bide quand on agresse quelqu'un. Il voulait couper un muscle et que je devienne paralyser d'un bras ou quoi. Mais l'était malaaaaaaaaade. Ouais ok je l'avais cherché...je l'avais incité. Je le regardais lécher son couteau en haussant un sourcil. Je le trouvais pas si fou que ça. J'avais porté ma main par réflexe à mon épaule. Ouais quand même je voulais bien être un roc solide mais un ça faisait mal et deux j'avais des réflexes. Je me surprenais moi même parfois. La douleur ...me faisait sentir vivant. C'était.... douloureux mais à la fois...je trouvais que ça avait un effet bénéfique. Ouais je sais ça fait un peu masochiste sorti comme ça, et je le suis pas...c'est juste que...elle remplaçait une autre douleur. La perte de ma précieuse m'était bien plus insupportable qu'un coup de poignard.

« Quoi tu vas m'égorger ? Oh mon dieu j'ai peur. »

Je retirais la main de mon épaule...rouge. Le sang avait traversé le tissu. Intéressant. J'observais ma main.... vraiment si pouvait y avoir des résidus de ma précieuse dans mon sang j'étais preneur. Je n'y avais jamais songé. Je léchais ma main en le regardant. Alors... c'est qui le plus fou ? Et je partis d'un rire démoniaque. Ça me prenait parfois...je sais pas trop comment ce son pouvait sortir de ma gorge alors qu'en réalité je souffrais mais c'était un fait. Je me suis déjà posé la question si j'étais pas habité par un autre et si j'avais pas besoin d'un exorciste. Non vaiment...si y en avait parmi les détenus j'irais lui rendre visite pour avoir son opinion sur le sujet. Parfois j'avais l'impression de pas être dans mon corps et de regarder la scène d'au dessus. Voir un pauvre type lécher son couteau et un crétin en face lécher sa main. Non mais c'était quoi le délire ?

« Lié par le sang...comme c'est romantique. »

Bon...déception...mon sang n'avait le goût que de... sang. Je sentais pas un quelconque pouvoir la dedans. Pas de trace de ma précieuse. C'était...logique je me piquais pas. Vous pensez que les vampires existent ? Moi qui vit beaucoup la nuit je me suis aussi déjà posé la question. Genre le gars pas net en face qui léche son couteau.... avec ses yeux rouges. Je devrais l'appeler Vampirou... magnifique surnom. J'étais on ne peut plus fier de ma trouvaille. Chacun sa drogue y en a c'est le sang moi c'est ma précieuse. On était peut être pas si différent. En tout cas me demandez pas quelle connerie je venais de débiter ni sa signification j'en avais aucune idée. C'est la douleur ça fait dire n'importe quoi c'est bien connu. Toi moi c'est pour la vie et ...bouhahaha, oui ça n'avait ni queue ni tête. Non j'allais quand même pas me remettre à rire. Il était temps que j'aille à l'infirmerie j'avais pris un coup sur la tête plus que dans l'épaule apparemment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 304
Date d'inscription : 06/07/2014
Age : 28

Carte d'identité
Groupe: Détenus
N° de Cellule :: E#006

MessageSujet: Re: Tronche de cake aux olives noires (pv) Mer 1 Avr - 22:00

Il avait volontairement visé l'épaule, afin d'être certain qu'il ne puisse plus tenter de se défendre. Parce que le coup suivant viserait l'estomac. Inutile de massacrer un potentiel ingrédient sur un coup de colère... Entre curiosité et effroi, les autres les observaient. Allait-il y avoir un autre coup? Ou allaient-ils assister au dépeçage vivant de la proie? Personne ne savait comment ça se passait dans la tête du noiraud. Et franchement, mieux ne valait pas par moments...

« Quoi tu vas m'égorger ? Oh mon dieu j'ai peur. »

Il fut un instant tenté de lui répondre du tac au tac "Non, mais je vais te transpercer l'estomac, te paralyser d'un coup entre deux vertèbres, t'ouvrir en deux, te retirer les intestins pour les cuisiner, distribuer la bouffe et te regarder crever~" Mais il s'en abstint. Il ne voulait pas que cet illuminé ose le répéter... Quoique, son cerveau ne devait plus être qu'un énorme gruyère. Il le regarda lécher sa main sans broncher, sans doute espérait-il trouver des résidus de sa came? Raté~

« Lié par le sang...comme c'est romantique. »

Il aurait plutôt pensé à "mystique"... Chacun son avis~ Il se mit à rire, un rire entre l'amusement et la folie. Que faire de lui? Lui faire comprendre le danger qu'il encourait? Ou le laisser souffrir? Autant profiter de l'avantage qu'il avait... Il s'approcha de nouveau, s'amusant à passer la lame au niveau de la gorge de sa proie. Sans le blesser.

"Je pourrais t'égorger... Mais ça ne m'amuserait pas. Et ce n'est pas ce que je préfère. Non, je songeais plutôt..."

Il le contourna et passa la pointe de la lame au niveau de la nuque. Quel était le point qui permettait une paralysie, déjà~?

"Je pensais plutôt à t'enfoncer cette lame de façon à ce que tes jambes ne te répondent plus jamais... Et peut-être profiter que tu ne puisses plus te défendre... Pour t'ouvrir le ventre... Retirer tes tripes et les cuisiner... Me demande à quelle sauce tu serais comestible...~"

Il sentit le frisson de dégoût et de frayeur qui parcourait plusieurs détenus. De même qu'il devinait les murmures... "Les rumeurs disaient donc vrai..." "Il en serait capable?!"

_________________

Take a look~:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 11
Date d'inscription : 19/03/2015

Carte d'identité
Groupe: Détenus
N° de Cellule ::

MessageSujet: Re: Tronche de cake aux olives noires (pv) Jeu 2 Avr - 9:07

J'sais que j'suis pas un type normal. J'sais que la plupart des types seraient là à avaler leur salive, avoir le cœur serré ou la boule au ventre ou je sais pas quoi. Bref ils auraient sûrement un peu les chocottes. Tandis que moi.... je sais pas trop. Je m'en foutais tellement. Ça me faisait ni chaud ni froid, en toute sincérité. De toute façon je mens jamais, je suis d'une franchise à toute épreuve. Et puis j'étais un gars imprévisible aussi. On pouvait pas savoir quelle serait pas ma réaction. M'excuser d'avoir provoquer l'autre ? Oh j'en serais capable mais ça serait de manière tout à fait ironique et toujours d'un ton provocateur. Je pouvais lui balancer encore plus de vacherie pour le pousser à faire plus toujours plus, l'énerver...bien l'énerver. Quitte d'ailleurs à ne pas en sortir vivant mais bon. Et je pouvais aussi ne rien faire et attendre qu'il daigne retirer sa lame de mon cou.

« C'est tellement théâtrale....autant leur donner du spectacle ils attendent que ça. »

J'entendais les murmures ouais. Je me demandais ce qui excitaient ces gens à nous regarder. Est ce qu'ils avaient peur que ça leur arrive un jour ? Est ce qu'ils jouissaient que ça soit un autre qu'eux ? Un spectacle en live franchement c'mieux qu'un film d'horreur non ? Je souris légèrement et je levais mon bras, celui dont l'épaule n'avait pas été touché évidemment. Très très lentement je vins poser deux doigts sur la lame, façon pince. Il paraît que fasse à un psychopathe faut pas faire de gestes brusques. J'y allais doucement pour écarte la lame de ma gorge et me retourne face à lui, proche, très proche. Alors comme ça il avait envie de me découper et de bouffer mes intestins ou je ne sais pas quoi ? Très intéressant. J'ai toujours pensé que ma mort serait quelque chose d'absolument incroyable, ça m'allait bien. Les gens avaient peur de la mort. C'était débile. Franchement quand on voyait la vie sur terre.... la mort c'est parfois ce qu'il y a de mieux.

« Je comprends mieux le dégout de la purée de carotte.... cannibale donc ? T'sais que j't'aime bien toi ? »

Je le comprenais telleeeement. Préférer de la chaire fraiche à un légume en purée franchement. Moi qui avait décidé de venir à la cantine, observer discrètement sans me faire remarquer c'était...rapé. D'ailleurs du fromage ça améliorerait peut être la purée, faudrait leur suggérer. Hem...bref oui... oui rapé. Tout le monde devait savoir que y avait un nouveau entrain de provoquer le cannibale. Tout le monde allait savoir qui j'étais dans l'heure. Incroyable. Fini l'anonymat. Et je crois que là je fis le truc le plus con à faire dans ce genre de situation. Je l'embrassais. Ouais ouais le truc là lèvre contre lèvre. Pas avec la langue je vous rassure parce que quand même le sieur cannibale il serait capable de ma la couper et de la bouffer.

Ou comment achever direct sa fin. Je crois qu'en tout cas j'en avais bouché un coin aux gens. Et toc. Du spectacle ils en avaient au moins. Peut être que le mec allait direct me planter et découper ma carcasse. Je sais pas pourquoi y a des gens qu'un petit bisou ça énervait. Franchement embrasser un mec ou une fille c'est quoi la différence ? Ça n'a rien de sexuel c'est comme euh...faire la bise ! Mais bon ouais je sais bien que y en a que ça irritait. La preuve en était que c'était grâce à un flic homophobe que j'étais. Ce con** de mec de mes **** si je sors vivant et que je le recroise je le but ce pu*** de flic. Apparemment m'être frotté à lui m'avait pas servi de leçon. Pu** si je m'en sortais vivant on allait me coller l'étiquette d'homo et j'allais me faire violer tous les soirs dans ma cellule... réflexion faites valait mieux que le gars m'égorge tout de suite. La paralysie bof ça m'apportait rien à part finir en hopital toute ma vie comme légume....merci bien mais non. Au moins une fois crevé je serais avec mon étoile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 304
Date d'inscription : 06/07/2014
Age : 28

Carte d'identité
Groupe: Détenus
N° de Cellule :: E#006

MessageSujet: Re: Tronche de cake aux olives noires (pv) Jeu 2 Avr - 16:30

« C'est tellement théâtral... autant leur donner du spectacle ils attendent que ça. »

Ils n'attendaient que ça? Faux, absolument faux. Ils espéraient être loin d'ici si jamais il lui venait l'envie de mettre sa menace à exécution. Car, comme ils ignoraient ce qui se passait dans la tête du noiraud, ils craignaient d'être les suivants sur la liste. Après tout, il leur avait prouvé plus d'une fois qu'il n'était pas un chien à leurs bottes... Aider oui, obéir aveuglément non. Louka observa l'illuminé prendre la lame entre deux doigts avant de la repousser. Des gestes lents, comme s'il craignait qu'un geste trop rapide ne le pousse à passer à l'attaque... En même temps, il n'avait pas tord, il aurait pu prendre ce geste pour un signe d'agression... Et un fou peut facilement attaquer s'il se sent menacé.

« Je comprends mieux le dégout de la purée de carotte.... cannibale donc ? T'sais que j't'aime bien toi ? »

Les carottes, c'était réellement dégoûtant. Pas parce que ça poussait en terre - il y avait tant d'autres aliments qui poussaient sous la terre et qu'il mangeait sans soucis - mais juste parce que le goût l'écœurait. Ca avait toujours été ainsi, c'était la seule chose qu'on ne pourrait jamais lui faire avaler. A moins d'être réellement désespéré. Et pour le moment, il n'avait jamais été aussi désespéré.

Et alors que le noiraud réfléchissait à s'il devait laisser une chance à cet imbécile... Il se fit embrasser. Oui, oui, embrasser, lèvre contre lèvre. Ca n'aurait rien eu de choquant en temps normal... mais là, il n'était pas d'humeur à subir des avances. Qui plus est, ce mec l'avait beaucoup trop agacé... Il le repoussa sèchement, balançant ensuite un regard noir à quelques prisonniers qui détalèrent sans demander leur reste, imités par d'autres. Bien vite, il ne resta plus que les russes, ainsi que le groupe dont il était un membre "intérimaire". Il préférait que ce soit un peu plus équitable.

"Si c'était ton intention à la base, tu aurais mieux fait de ne pas venir me casser les pieds."

Au moins, ça le rassurerait sur le fait qu'il n'était pas homophobe.

"J'avoue ne pas trop savoir quoi faire de toi... Te laisser une chance de survivre ici? Ou t'envoyer directement à l'hôpital?"

En le condamnant à passer le restant de sa vie cloué dans un fauteuil.

_________________

Take a look~:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 11
Date d'inscription : 19/03/2015

Carte d'identité
Groupe: Détenus
N° de Cellule ::

MessageSujet: Re: Tronche de cake aux olives noires (pv) Jeu 2 Avr - 18:10

Faire des avances ? J'avais une tête à faire des avances à quelqu'un franchement ? Non je sais pas je me suis juste dit tiens si je l'embrassais avant de mourir, le baiser de la paix. Vous voyez le genre ? Y a pas de plus bel adieu que de pardonner à son futur assassin en l'embrassant. Mais ça s'arrêtait là. J'étais très tenté de lui dire de prendre la deuxième option et de me tuer. C'était quoi ce non-instinct de survie ? Je sais pas d'ou ça venait mais clairement c'était un appel à la mort. Je crois que...c'est le manque qui me fait ça. Je dis pas que j'ai une conduite normale ou rationnelle quand j'ai ma précieuse mais j'ai au moins un minimum instinct de survie alors que là..zéro...que dalle...nada. Le manque...de tous mes porcs je sentais ce manque, ce besoin viscéral de retrouver ma précieuse, de la voir, de la toucher, de la regarder de..de l'aimer quoi. C'était une vrai pu** d'histoire d'amour, les gens y comprenaient pas mais c'était de l'amour, le vrai !

« Je dirais....me passer une clope et fumer avec moi dehors. »

Et aller à l'infirmerie avant que je me vide de mon sang aussi. Bon c'est bien le réfectoire s'était vidé. Il avait le champ pour me découper en morceau c'est ça ? Franchement c'était pas à moi de lui dire ce qu'il devait faire de moi. Puis j'étais pas sa chose ni son objet y avait rien à faire de moi. Me foutre la paix et passer à autre chose peut être ? Bon ok...il était possible....que je l'ai agacé. Mais sérieusement y a pire dans la vie. Qu'est ce que j'y pouvais si Mossieur était susceptible einh ? Rien du tout. On comprend pourquoi y en a qui se retrouve en prison si ils prennent la mouche pour un rien aussi franchement. Fumer une clope....la seule drogue légale. Ça remplaçait pas mais c'était....mieux que rien ? Mon dieu le désespoir. J'avais plein d'autres options pour le taré sinon ? Il pouvait défigurer ma seule gueule de provocateur, me castrer (me demandez pas pourquoi). On sait bien qe m'être humain n'a pas de limite dans la barbarie, on pouvait toujours inventer des nouvelles choses.

« Peace and love bro' et je vais te dire un truc. Je suis en guerre froide avec les russes c'est sur qu'ils m'aideront pas alors t'as plutôt le champ libre non ? »

Bah ouais... pourquoi j'irais pas voir ces pu** de russe de mes deux pourquoi ? Parce que j'avais un pu** de dignité. Par respect pour mon peuple. Oui oui je croyais à ces conneries et oui j'avais des valeurs. Enfin je crois.... russe..américain...non c'est pas compatible franchement. Bon ceci dit j'avais une gueule occidentale et un accent tout à fait parisien mais quand même.... quelque part sur un livret de famille devait y avoir écrit que j'étais à moitié seulement français. Je viens d'une vieille famille qui a colonisé les Amériques un jour dans sa vie...sûrement.... j'aurais pu rencontrer mon chaman la bas et mon totem. C'était quoi le sujet de la discussion déjà ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Tronche de cake aux olives noires (pv)

Revenir en haut Aller en bas

Tronche de cake aux olives noires (pv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Fougasse aux oignons et olives noires
» Le cake au saumon fumé
» cake super facile
» Les femmes noires au pouvoir ...
» CAKE AU FOIE GRAS ET FRUITS SECS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alvena :: 
La Prison
 :: Aile centrale :: Cantine
-