Tu comprends enfin ce que tu viens faire là. Oui coco, tu as été arrêté. Tu es méchant et tu es considéré comme un fou par la plupart des « gens du dehors » comme on les appelle ici. Mais ne t’inquiète pas. Méchant ? On l’est tous ici ! Fou ? Hum, je pourrais te dire pareil mais certain tenteront de te persuader qu’ils ont un mental sain… Bienvenue à Alvena mon mignon ! Je suis Monsieur le Directeur et je t’interdis de m’appeler autrement. Je suis le maître dans cette prison, et je me dois de t’informer de certaines choses. Ici ne sont enfermésque des hommes. Les motifs de leur présence sont divers et variés mais pas leur sexe. Même si la plupart des membres du personnel sont des femmes, attends toi à ne prendre la douche qu’avec des réservoirs de testostérone ! Bon je t’avoue qu’on est au XXIeme siècle, la loi sur l’homosexualité est passée,ça devrait t’éclairer sur l’orientation sexuelle de la plupart des détenus…

Partagez|

C'est agréable ... en prison ? - Ashling & Calvin.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 15
Date d'inscription : 25/12/2014

MessageSujet: C'est agréable ... en prison ? - Ashling & Calvin. Sam 3 Jan - 20:55


C'est agréable ... en prison ?
- Ashling & Calvin

Ça faisait quelques jours que le jeune homme avait trouvé sa place au près du personnel, après quelques finitions de paperasses avec le directeur et le voilà salarié dans une prison. C'est sur que ce n'était pas un job facile, il pouvait à chaque instant se faire agresser par un détenus, mais il avait déjà été interné et on ne sait pourquoi il s'était plu. Ces derniers jours, il n'avait rien fait, a part déballer ses affaires dans sa chambre et visiter l'établissement, voilà pourquoi il était tant pour cette pile électrique monté sur ressort de se mettre au travail.
Ce matin-là, il avait attrapé un de ses vieux tee-shirt troué, couvert de peinture séché, légèrement délavé et un jogging noir, banal, sans oublier ses gants, ses lunettes d'aviateur, très important, et un caleçon optionnellement, puis avait filé sous la douche. De quoi bien réveillé. Sans plus attendre, après  avoir passé deux minutes sous le jet d'eau chaude et s'être habillé, il s'était empressé de rejoindre l’extérieur. Il avait déjà visité un peu, et le jardin était légèrement abandonné, quelqu'un passait la tondeuse, c'était déjà ça. Sam s'était attendu à pire. Il avait donc enfilé des gants de cuirs, par dessus ses gants de tissus, et armé d'un sécateur, les maigres outils que possédaient la prison était pour la plupart manuel, et d'un grand escabeau, il avait commencé à tailler les buissons qui se trouvait de deux côtés d'un chemin de dalles. Il avançait plus ou moins rapidement. Il savait qu'il y avait du travail a fournir, mais c'était bien, comme ça il n'aurait pas le temps de s'ennuyer.
Au bout d'un moment, il fut épuisé, ses muscles des bras tremblaient, il avait faillit tomber de l'escabeau une ou deux fois, il était temps qu'il fasse une pause. Il planta le sécateur dans la terre et laissa tout en plan pour aller s'asseoir dans l'herbe. La brise fraîche qui venait s'éclater sur son tee-shirt couvert de sueur le faisait trembloter mais il appréciait ça. Tout comme il appréciait le vent qui cahotait les arbres nus, du fait que c'était l'hiver, les chants irréguliers des oiseaux, et encore, il aimait les moutons blancs/gris qui parsemaient le ciel, qui avançaient comme si rien n'était, comme s'ils ne voyaient rien d'autre dans leur folle course lente et monotone. Sam aimait particulièrement ce calme-là, quand rien d'autre venait perturbé l'harmonie de la nature.
Son repos mérité pouvait durée au maximum une heure, après ce délai-là, il devait reprendre le travail, il savourait alors la caresse du froid sur ses joues et la terre humide sous ses fesses.
Il avait revêtu un pull et s'était essuyer le visage, qui plus tôt était dégoulinant de sueur.
Il restait donc-là a regarder les personnes, détenus, gardiens, personnels confondus, passer tranquillement comme si de rien n'était. Et il murmurait doucement, pour lui-même.

« Que c'est agréable, la prison. »  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 13
Date d'inscription : 20/12/2014

Carte d'identité
Groupe: Détenus
N° de Cellule :: O#002

MessageSujet: Re: C'est agréable ... en prison ? - Ashling & Calvin. Sam 3 Jan - 22:41

L'épreuve la plus difficile de la journée était passée. Non sans difficulté, c'était le moins que l'on puisse affirmer. Il avait fallu que je revêtisse ce haut blanc cassé ainsi qu'un jean bleu informe. Le pire dans cette histoire, c'était qu'il ne s'agissait pas d'un pyjama. Selon les gardiens qui m'avaient amené dans ma cellule, il s'agissait de la tenue réglementaire de la prison, et ils n'avaient pas eu l'air de me prendre au sérieux lorsque j'évoquai l'idée de rester en sous-vêtements. L'un d'eux eût même un rictus narquois qui me fit instantanément comprendre que les clichés sur l'homosexualité en prison n'étaient pas si loin de la vérité que je semblais le croire.

Il avait donc fallu que je me résigne à observer mon reflet dans le miroir. Ma beauté était gâchée. Elle l'était dès l'instant où je ne faisais pas tout pour la mettre en avant. C'était comme présenter un merveilleux diamant dans une rustique boîte en bois : le diamant méritait tellement mieux. Et, à son instar, autre chose qu'une chemise surmontée d'une veste cintrée ne pouvait me seoir. Ce fut donc une étape particulièrement complexe que d'accepter le reflet que me renvoyait cet odieux miroir, et encore plus de sortir dans cet état. Bien sûr, ma coiffure était impeccable et il était impossible de faire le moindre reproche aux traits de mon visage. Ce fût empli de ces pensées encourageantes que je pus enfin sortir de ma cellule pour la première fois lorsque l'heure le permit aux détenus.

Les lieux étaient exactement comme je les avais imaginé – c'était là ce qu'il y avait de plus surprenant. La prison était à la fois sombre et crasseuse. Les détenus n'avaient pas l'air beaucoup plus propres que le sol que foulaient mes pieds. Ils étaient même pires que ce dernier puisque leur délicatesse n'avait d'égale que celle d'un bûcheron exclu de la société depuis une vingtaine d'années. Je fixais certains avec dédain, et d'autres avec une certaine envie. Certains prisonniers avaient une apparence moins ingrate que les autres, mais rien qui ne valait de s'attarder plus de quelques secondes non plus. La crasse des lieux coïncidait particulièrement bien avec l'odeur de transpiration qui s'y imprégnait depuis des générations sans aucun doute possible. C'était donc pris d'un profond dégoût pour l'espèce humaine que je sortis jusqu'au jardin intérieur.

« Que c'est agréable, la prison »

Ces quelques mots me firent tourner la tête vers leur détenteur. Une jeune homme, assis sur le sol humide, à côté d'une cisaille conséquente. Il regardait le ciel comme s'il lui était accessible ; et tel était le cas puisqu'il portait une tenue de travail. Les nuages n'étaient hors d'accès que pour les prisonniers qui ne pouvaient les suivre que jusqu'aux grilles surplombées de barbelés. Ceux qui possédaient les clés possédaient l'infini. Et, surtout, ce jeune homme possédait plus que la liberté : il avait la beauté. En cet instant, ses grands yeux clairs respiraient l'innocence.

« Seule une personne capable d'en sortir peut penser une chose comme celle-ci, je me trompe ? »

J'évaluais l'état du sol en me demandant si j'allais m'asseoir à côté de lui. J'eus deux raisons de ne pas le faire. La première était que le sol était si humide que cet immonde pantalon y aurait trouvé la seule manière d'être plus laid encore. La deuxième s'axait plus sur mon égo : je ne tenais pas du tout à me mettre à la même hauteur que quelqu'un. Je pris donc le parti de m'adosser contre le mur de béton en croisant vaguement les jambes devant moi. Je passais une mains entre mes cheveux bouclés sans quitter du regard le jeune homme. Il allait peut-être pouvoir me servir à quelque chose.

« Qu'est-ce que tu dirais de me rendre un petit service ? J'aurais besoin que tu me fournisses des vêtements. Tu pourrais faire ça ? »

Je le regardai avec un sourire assuré. L'autoritarisme ne me quittait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

C'est agréable ... en prison ? - Ashling & Calvin.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alvena :: 
La Prison
 :: Aile ouest :: Jardin d'intérieur
-