Tu comprends enfin ce que tu viens faire là. Oui coco, tu as été arrêté. Tu es méchant et tu es considéré comme un fou par la plupart des « gens du dehors » comme on les appelle ici. Mais ne t’inquiète pas. Méchant ? On l’est tous ici ! Fou ? Hum, je pourrais te dire pareil mais certain tenteront de te persuader qu’ils ont un mental sain… Bienvenue à Alvena mon mignon ! Je suis Monsieur le Directeur et je t’interdis de m’appeler autrement. Je suis le maître dans cette prison, et je me dois de t’informer de certaines choses. Ici ne sont enfermésque des hommes. Les motifs de leur présence sont divers et variés mais pas leur sexe. Même si la plupart des membres du personnel sont des femmes, attends toi à ne prendre la douche qu’avec des réservoirs de testostérone ! Bon je t’avoue qu’on est au XXIeme siècle, la loi sur l’homosexualité est passée,ça devrait t’éclairer sur l’orientation sexuelle de la plupart des détenus…

Partagez|

Pas un malade imaginaire ? [Pv Ash]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité



MessageSujet: Pas un malade imaginaire ? [Pv Ash] Sam 9 Aoû - 22:14

Un bonbon. Deux bonbons. Trois bonbons. Fini la boite !

Je regrette l’époque où je fumais. Au moins, je ne compensais pas avec du sucre. Je pourrais faire un single rien qu’avec les craquements des arlequins dans ma bouche.

Tête posé sur le bureau de l’infirmerie, bras ballants, je regrette soudainement mon rythme de vie à l’extérieur de la prison. Jeux vidéo, opérations, pasta-box et cigarette sous la pluie. L’air frais, le vent, l’humidité dans l’air, les grondements et les flashs des éclairs dans le tumulte de l’orage grandissant…

J’en baverais presque. Un spectacle dont je ne me lasserais jamais. C’est puissant, c’est rafraichissant, c’est beau ! Pour mes vacances, juré, je pars en Bretagne. Du moins si je prends des vacances un jour. Me redressant pour m’étirer souplement, je jetai un coup d’œil au lit occuper par un mec se plaignant de maux de ventre. J’ai pas cherché d’explication, des fois, il ne vaut mieux pas, je lui ai juste donner un peu d’Advil.

Des fois, je me dis que je devrais vraiment jouer sur la psychologie et leur donner de l’eau plutôt que du paracétamol ou autre. Ils seront guéris dans leur tête, et dans leurs corps au passage. L’esprit contrôle le corps après tout !

Croisant les doigts pour que la tafiole à côté de moi cesse de gémir son mal-être, et me retenant pour pas le mettre sous sédatif, j’espérais secrètement qu’un cas plus important arrive, que je puisse viré l'autre de l’infirmerie qu’il squatte alors qu’il a déjà eu son médoc.

D’un coup de pied rageur dans le lit, je lui signifie toute ma compassion quant à son état. Pas une seule personne n’es vraiment malade dans cette prison ou quoi ? Fatiguer de dormir toute la sainte journée, et surtout d’entendre des gémissements fictif constant, je décide de sortir.

M’asseyant dans le couloir à côté de la porte, je portais une vive attention sur les êtres passant devant mon antre. Des roux, des rasé, des tatoué, des qui veulent me tuer, d’autre qui ont l’air attardé…dans un sens, ils ont tous besoin de se faire soigner mais chez le psy ! Pas tellement chez moi. Vous n’allez pas me dire que quelqu’un qui bave devant un cadavre est une personne censée ? Je parle par expérience.

Bon, c’est pas le meilleur exemple. Et puis je dois dire qu’il y a des exceptions. Par exemple, les erreurs judiciaires. Je suis sûr qu’il doit y avoir des accusés à tort ici. J’espère qu’ils ont de bons avocat, histoire de pouvoir faire appel des jugements ceux-là. Ça me ferait moins de boulot.

Ici, ont à pas grand-chose pour s’occuper de plus. Pas le bruit des oiseaux, pas de musique à volonté, pas d’internet pour les détenus…au pire ils ont la bibliothèque qui est sympa. Mais après, je comprends que les seules choses intéressantes sont de se cherché des noises. Ou d’essayer de feinter le médecin que je suis pour se shooter aux médocs. A voir.

Dans tous les cas, les couchettes de l’infirmerie sont bien plus confortables que celle des cellules. Voilà une raison valable de vouloir se payer ma tête. Heureusement qu’ils ne sont pas tous des malades imaginaires.

Croquant dans un bonbons, je fixais les détenus, gardant sagement la porte d’entrée de l’infirmerie.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 223
Date d'inscription : 17/06/2014
Age : 117
Localisation : Dans le lit de Jolly

Carte d'identité
Groupe: Détenus
N° de Cellule :: O#001

MessageSujet: Re: Pas un malade imaginaire ? [Pv Ash] Mer 20 Aoû - 23:48

Pas un malade imaginaire ?